Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Lucien Jean-Baptiste aborde le sujet délicat de l’adoption avec son nouveau film Il a déjà tes yeux. Un angle original pour une comédie sympathique mais malheureusement pas vraiment drôle.

"Il a déjà tes yeux", un film de Lucien Jean-Baptiste

Paul est marié à Sali. Tout irait pour le mieux s’ils arrivaient à avoir un enfant. Jusqu'au jour où Sali reçoit l'appel qu'ils attendent depuis si longtemps : leur dossier d'adoption est approuvé. Il est adorable, il a 6 mois, il s'appelle Benjamin. Il est blond aux yeux bleus et il est blanc. Eux… sont noirs !

 

 

Depuis le succès de sa première réalisation (La première étoile), Lucien Jean-Baptiste, devant et derrière la caméra, radiographie la société avec plus ou moins de bonheur, de Dieumerci ! à sa participation au docu politique Pourquoi nous détestent-ils ? Alors qu’il comptait écrire sur l’adoption d’un enfant blanc par des parents noirs, l’acteur-réalisateur a eu connaissance d’un scénario de Marie-Françoise Colombani et Sébastien Mounier qui n’avait pas pu voir le jour. Il décide de reprendre le projet.

 

Le point de départ est assez original pour mériter que l’on s’y intéresse et l’intelligence d’écriture de Lucien Jean-Baptiste pouvait laisser présager le meilleur – les vingt premières minutes sont plutôt réussies. L’interprétation de Zabou Breitman et Aïssa Maïga apporte des touches de nuances dans un film qui en manque tant. Qu’il s’agisse du personnage caricatural du copain rêveur (Vincent Elbaz, relativement ridicule) ou de la bonne copine bobo, le trait est toujours gros, voire gras, et, plus embêtant pour une comédie, les répliques tombent la plupart du temps à plat. Parce que Lucien Jean-Baptiste, qui doit être humainement remarquable, est trop bienveillant, trop soucieux de parler au plus grand nombre, son film évite toute aspérité là où l’on espérait l’humour corrosif promis dans les premières minutes. Dommage.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog