Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Délégué général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux a « composé » un film à partir de vues des frères Lumière qu’il commente avec cinéphilie et intelligence. Lumière ! est un programme passionnant, regroupant plus d’une centaine de (très) courts-métrages qui posent toutes les bases de ce qu’est toujours le cinéma. Incontournable.

"Lumière !", un film de Thierry Frémaux

En 1895, les frères Lumière inventent le Cinématographe et tournent parmi les tout-premiers films de l’histoire du cinéma. Mise en scène, travelling, trucage ou remake, ils inventent aussi l’art de filmer. Chefs-d’œuvre mondialement célèbres ou pépites méconnues, cette sélection de films restaurés offre un voyage aux origines du cinéma. Ces images inoubliables sont un regard unique sur la France et le Monde qui s’ouvrent au 20e siècle. Lumière, l’aventure du cinéma commence !

 

 

Cinéphile depuis toujours, Thierry Frémaux travaille à l’Institut Lumière de Lyon depuis sa création, en tant que bénévole d’abord avant d’en devenir salarié et jusqu’à en prendre la direction en 1995. Depuis 2007, il est également délégué général du Festival de Cannes, chargé de la délicate programmation du plus célèbre rendez-vous cinématographique mondial. Sa passion pour le cinéma et ses activités l’ont poussé à diriger la restauration des films des frères Lumière. Le film qu’il a « composé » rassemble 108 vues cinématographiques datant de 1895 à 1905 et qu’il commente, décrypte, analyse.

 

Le premier film des frères Lumière est la célèbre Sortie de l’usine Lumière à Lyon. En quelques années, Louis Lumière et ses opérateurs (dont le génial Alexandre Promio) impressionneront plus de 1 400 pellicules, en France comme à l’étranger. Thierry Frémaux commente ces petits films de 50 secondes organisés en chapitres thématiques (Enfances, La France qui travaille, La France qui s’amuse, Paris 1900, Le monde tout proche, etc…). On retrouve des classiques comme L’arroseur arrosé (le premier gag de l’histoire du cinéma), L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat mais aussi des métrages moins connus, notamment ceux tournés aux quatre coins du monde. Les commentaires passionnants accompagnent le spectateur, analysant la composition de l’image, replaçant certains films dans leur contexte historique ou simplement exprimant l’amour de Frémaux pour le cinéma. Ce qui fascine, c’est à quel point tout ce qui fait le cinéma était déjà là, excepté le montage – travellings et autres mouvements de caméra, trucages, différentes valeurs de plan, sens de la narration. Ce film est un complément idéal au merveilleux documentaire de Bertrand Tavernier (Voyage à travers le cinéma français) sorti quelques mois auparavant. Un must pour les cinéphiles.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog