Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Hélène Angel livre avec Primaire le portrait d’une institutrice entièrement dévouée à son métier et une déclaration d’amour à l’enseignement. Sara Forestier est exceptionnelle dans ce film passionnant.

"Primaire", un film de Hélène Angel

Florence est une professeure des écoles dévouée à ses élèves. Quand elle rencontre le petit Sacha, un enfant en difficulté, elle va tout faire pour le sauver, quitte à délaisser sa vie de mère, de femme et même remettre en cause sa vocation. Florence va réaliser peu à peu qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre...

 

 

Pour préparer son quatrième long-métrage, Hélène Angel a passé près de deux ans dans une salle de classe pour observer la vie dans une école élémentaire et le rapport entre les élèves et leur enseignant. C’est donc une fiction à haute teneur documentaire que propose la réalisatrice avec une actrice en état de grâce (Sara Forestier, qui a rarement été aussi convaincante) et un groupe d’enfants tous remarquablement choisis et dirigés.

 

Les films d’école « entre les murs » sont une tradition du cinéma français, qu’il s’agisse de L’argent de poche (Truffaut), de la Palme d’Or 2008 de Laurent Cantet ou du formidable documentaire La cour de Babel de Julie Bertucelli. Modestement, Hélène Angel ne dresse pas un portrait générationnel ou exhaustif de l’état de l’Education Nationale mais plutôt un instantané – très documenté – autour de la figure attachante d’une instit passionnée par son métier. Les réunions en salle des profs donnent le ton d’une profession en crise mais c’est la relation fusionnelle entre Florence et ses élèves qui semble avoir intéresser la réalisatrice. Drôle, parfois émouvant, remarquablement interprété, Primaire est l’excellent film français de ce début d’année.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog