Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Pour la première fois, David Lynch se confie dans un documentaire passionnant, The Art Life, réalisé par Jon Nguyen, Rick Barnes et Olivia Neergaard-Holm. En racontant sa jeunesse et en dévoilant son travail plastique, le cinéaste éclaire son cinéma.

"David Lynch : The Art Life', un film de Jon Nguyen, Rick Barnes et Olivia Neergaard-Holm

Le film documentaire David Lynch : The Art Life est un portrait inédit de l’un des cinéastes les plus énigmatiques de sa génération. De son enfance idyllique dans une petite ville d’Amérique aux rues sombres de Philadelphie, David Lynch nous entraîne dans un voyage intime rythmé par le récit hypnotique qu’il fait de ses jeunes années. En associant les œuvres plastiques et musicales de David Lynch à ses expériences marquantes, le film lève le voile sur les zones inexplorées d’un univers de création totale.

 

 

Depuis Inland Empire (2006), David Lynch semble avoir mis un point final à sa brillante filmographie. Une dizaine de longs-métrages, des courts, des clips, des séries, des photos, des peintures et de la musique ont contribué à faire de David Lynch l’un des artistes les plus complets et les plus passionnants de sa génération. Après une première tentative – infructueuse – en 2007, Jon Nguyen a réussi à approcher le cinéaste qui a choisi d’ouvrir son album de famille et son atelier à une équipe qui l’a suivi pendant près de trois ans.

 

La parole de Lynch est d’autant plus précieuse qu’elle est rare. L’artiste vit reclus sur les collines de Hollywood dans une propriété qu’il ne quitte presque jamais, passant ses journées dans son atelier où il peint, malaxe, transforme la matière pour donner naissance à des tableaux et des installations qui rappelle Francis Bacon (son maître) comme ses films ou ses photographies. Filmant l’artiste au travail, l’équipe a réussi à capter quelques mots offerts ici dans une voix off qui nous accompagne pendant près de 90 minutes – il n’y aura aucun autre intervenant que le cinéaste lui-même. David Lynch raconte avec précision une enfance remplie d’amour, heureuse, dans différentes villes de l’Idaho, de l’Etat de Washington ou de Virginie. Jusqu’à sa découverte de la peinture et les années de galère à Boston et Philadelphie. Lynch ne parle que très peu de cinéma – il se considère avant tout comme un peintre – et le documentaire s’arrête au moment du tournage de son premier long, Eraserhead. The Art Life, cette vie que mène Lynch, au cœur de son quotidien comme de sa filmographie, c’est celle d’un homme qui a su garder son intégrité même dans le maelstrom hollywoodien, éternel explorateur intime de ses obsessions, de cette enfance gardée en mémoire comme un jardin secret. Un artiste hors norme, un cinéaste de légende.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog