Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Rachida Brakni passe derrière la caméra avec De sas en sas, un premier long-métrage sous forme de huis-clos caniculaire. La réalisatrice aborde le film de prison sous un angle original.

"De sas en sas", un film de Rachida Brakni

En une brûlante journée d’été 2013, Fatma et sa fille Nora prennent la route pour la prison de Fleury-Mérogis. Sur le parking, une petite foule de visiteurs attend déjà. La porte de l’établissement s’ouvre. Une première porte, un premier sas, un premier couloir... C’est le début d’un trajet infernal jusqu’au parloir, mené par un petit groupe d’individus composites.

 

 

Les Français connaissent Rachida Brakni pour sa carrière d’actrice et son engagement citoyen. Son premier film en tant que réalisatrice est né d’une expérience personnelle. Rendant visite à un proche à Fleury-Mérogis, elle a pu constater l’absence presque totale d’hommes parmi les visiteurs des prisonniers. De sas en sas s’intéresse aux répercussions de la prison sur les proches, spécialement les mères, les épouses, les sœurs qui culpabilisent de ne pas avoir su éduquer leur fils, écouter leur frère, comprendre leur mari… Elles sont souvent les victimes collatérales des erreurs de leurs proches incarcérés.

 

La mise en scène de Rachida Brakni, étouffante, en huis-clos caniculaire (les esprits s’échauffent plus rapidement), est théâtrale, parfois un peu trop, comme rescapée des films emblématiques des années 80 / 90 comme Un air de famille ou Escalier C. Malgré quelques lourdeurs, le film est sauvé par la modestie de l’entreprise et le talent de la plupart des actrices, qu’elles soient professionnelles (Zita Hanrot ou la trop rare Fabienne Babe) ou non. Le regard sur les proches des prisonniers et les conditions de travail des gardiens traduit l’engagement de l’actrice-réalisatrice, sans jugement de valeur ou complaisance. Un essai inégal mais prometteur.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog