Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Star des années 2000, M. Night Shyamalan tente un nouveau retour avec Split, un survival movie porté par James McAvoy et Anya Taylor-Joy. Convaincant avant de lasser.

"Split", un film de M. Night Shyamalan

Kevin a déjà révélé 23 personnalités, avec des attributs physiques différents pour chacune, à sa psychiatre dévouée, la docteure Fletcher, mais l’une d’elles reste enfouie au plus profond de lui. Elle va bientôt se manifester et prendre le pas sur toutes les autres. Poussé à kidnapper trois adolescentes, dont la jeune Casey, aussi déterminée que perspicace, Kevin devient dans son âme et sa chair, le foyer d’une guerre que se livrent ses multiples personnalités, alors que les divisions qui régnaient jusqu’alors dans son subconscient volent en éclats.

 

 

Auteur de succès au box-office du début des années 2000 (Sixième Sens, Incassable, Signes), M. Night Shyamalan enchaîne depuis près de dix ans les revers artistiques et commerciaux. Revenu en grâce en 2015 avec le succès de The Visit (pourtant pas terrible), le cinéaste poursuit sa reconquête du public avec ce nouveau film, assez efficace.

 

La formidable ouverture du film laisse présager le meilleur : l’enlèvement en moins d’une minute de trois adolescentes (dont l’une, mystérieuse, semble déjà absente au monde) par un homme étrange dont on apprendra qu’il possède vingt-trois personnalités (c’est comme ça, ne cherchez pas d’explication raisonnable). Il faut reconnaître que Shyamalan est habile dans sa mise en scène et la première heure de ce survival movie est plutôt plaisante. Alors que le face-à-face entre le kidnappeur et sa victime (les deux copines l’intéressent moins que l’étrange Casey) pouvait être le sommet de ce huis-clos entrecoupé de flashbacks un peu trop nombreux, le film glisse peu à peu vers une résolution grand-guignolesque – le péché mignon du réalisateur – qui déçoit comme un coup d’épée dans l’eau. Shyamalan revient de loin, il est de retour mais pas encore à son meilleur niveau.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog