Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Candidat danois à l’Oscar 2017 du meilleur film étranger, Les Oubliés de Martin Zandvliet relate l’histoire méconnue des jeunes soldats allemands condamnés à déminer les plages de Danemark en 1945. Un peu trop académique pour convaincre pleinement, le film est magnifiquement interprété.

"Les Oubliés", un film de Martin Zandvliet

1945. Danemark. Fin de la Seconde Guerre Mondiale. Plusieurs soldats allemands, à peine sortis de l’adolescence, sont faits prisonniers par l’armée danoise et envoyés en première ligne pour désamorcer les mines enfouies le long de la côte. Pour eux, la guerre est loin d’être terminée.

 

 

La France a souvent su faire un accueil enthousiaste au cinéma danois, qu’il s’agisse de Lars Von Trier, Nicolas Winding Refn ou Tobias Lindholm. Les Oubliés est le premier film de Martin Zandvliet à sortir sur nos écrans. Récompensé à de nombreuses reprises dans son pays, ce drame historique a même été choisi pour représenter le Danemark aux Oscars 2017 dans la catégorie meilleur film en langue étrangère. Cette coproduction germano-danoise revient sur un fait assez méconnu de la fin de la Seconde Guerre Mondiale : le déminage des plages danoises par de jeunes soldats allemands prisonniers des forces britanniques et danoises.

 

Paré d’une très belle photo, le film de Martin Zandvliet est interprété par un casting impeccable, dont Roland Møller, déjà vu dans Northwest de Michael Noer et Hijacking de Tobias Lindholm, ainsi qu’un ensemble de jeunes acteurs tous convaincants. Le réalisateur évite – presque toujours – le trop-plein de pathos et réussit dans la première partie à créer une réelle tension. On regrette que la deuxième partie ne parvienne pas à restituer la complexité de la relation entre le geôlier et les jeunes prisonniers, versant parfois dans un sentimentalisme un peu naïf. Malgré tout, la qualité de la mise en scène sauve l’ensemble.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog