Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Grand Corps Malade adapte son roman autobiographique, Patients, coréalisé avec son complice Mehdi Idir. Un beau film sur le handicap traité avec humour et sans complaisance.

"Patients", un film de Grand Corps Malade et Mehdi Idir

Se laver, s'habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens.... Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s'engueuler, se séduire mais surtout trouver l'énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l'histoire d'une renaissance, d'un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul.

 

 

En 2006, Grand Corps Malade publie un premier album (Midi 20) qui rencontre un immense succès et fait découvrir le slam au grand public. Fabien Marsaud, de son vrai nom, se livre et parle de son terrible accident. Alors qu’il n’a que 20 ans, il plonge dans une piscine dont le niveau d’eau est trop bas et se retrouve tétraplégique incomplet. Il ne remarchera – avec une béquille devenue célèbre – que deux ans plus tard, en 1999. Dans son premier film, coréalisé avec Mehdi Idir, Grand Corps Malade adapte son roman autobiographique paru en 2012.

 

Le handicap, absent du débat public en cette période électorale, est rarement traité au cinéma, à l’exception notable du triomphe Intouchables. Grand Corps Malade réussit à ne pas tomber dans le piège du pathos ou de la maladroite revendication et signe un film à hauteur humaine, plein d’humour (les vannes que se balancent les « tétras » sont parfois irrésistibles) et sans filtre (les détails médicaux sont abordés sans pudeur). Le rythme est aussi parfaitement maîtrisé que la musique urbaine qu’affectionnent les réalisateurs et la mise en scène est intelligemment pensée – l’impressionnante caméra subjective au départ, des plans fixes pour la période d’immobilisation, des travellings suivant les parcours en fauteuils roulants. Ce premier film brillant est soutenu par un casting entièrement excellent, qu’il s’agisse de Pablo Pauly, Soufiane Guerrab, Moussa Mansaly, Franck Falise ou de seconds rôles épatants comme Anne Benoît, Dominique Blanc ou Yannick Rénier. Une réussite.

Commenter cet article

Angeline 06/03/2017 16:21

très beau blog sur les films et télé. un plaisir de me promener ici.

Articles récents

Hébergé par Overblog