Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Mick Jackson adapte le récit de Deborah Lipstadt dans Le procès du siècle, traitant du révisionnisme. Un film un peu poussif au sujet pourtant passionnant.

"Le procès du siècle", un film de Mick Jackson

Deborah Lipstadt, historienne et auteure reconnue, défend farouchement la mémoire de l’Holocauste. Elle se voit confrontée à un universitaire extrémiste, avocat de thèses controversées sur le régime nazi, David Irving, qui la met au défi de prouver l’existence de la Shoah. Sûr de son fait, Irving assigne en justice Lipstadt, qui se retrouve dans la situation aberrante de devoir prouver l’existence des chambres à gaz. Comment, en restant dans les limites du droit, faire face à un négationniste prêt à toutes les bassesses pour obtenir gain de cause, et l’empêcher de profiter de cette tribune pour propager ses théories nauséabondes ?

 

 

Connu pour deux énormes succès des années 90, Bodyguard (avec Whitney Houston) et le film-catastrophe Volcano, Mick Jackson revient au cinéma après quinze ans d’absence en adaptant le récit de l’historienne Deborah Lipstadt, Denial : Holocaust History on Trial. La lumineuse Rachel Weisz prête ses traits à l’historienne américaine tandis que Timothy Spall incarne David Irving, le « monstre » révisionniste du film tenant des propos parfaitement inacceptables. Le sujet du film est passionnant : peut-on laisser tout dire, y compris ce qui réfute des faits historiques, au nom de la liberté d’expression ?

 

Avec beaucoup de documentation et la participation de Deborah Lipstadt, le scénariste David Hare (qui a déjà adapté The Reader, sur un thème proche) livre une trame linéaire, précise, pédagogique, au plus près de la réalité. La mise en scène de Mick Jackson, un brin lourdingue, s’efface néanmoins au profit du propos. L’interprétation intense de Rachel Weisz n’évite pas quelques longueurs (les scènes de procès sont filmées sans grande inspiration) mais le film aborde un sujet essentiel, surtout en cette période où certains politiques s’abaissent à des déclarations nauséabondes que l’on pensait appartenir au passé.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog