Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Jean-Pierre Bacri, Olivier Gourmet et Arthur Dupont forment un trio atypique dans Grand froid, le premier long-métrage de Gérard Pautonnier, adapté du roman de Joël Egloff. Une comédie grinçante qui ne cesse de passer à côté de ses bonnes idées de départ.

"Grand froid", un film de Gérard Pautonnier

Dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, le commerce de pompes funèbres d’Edmond Zweck bat de l’aile. L’entreprise ne compte plus que deux employés : Georges, le bras droit de Zweck, et Eddy, un jeune homme encore novice dans le métier. Un beau matin, pourtant, un mort pointe son nez. L’espoir renaît. Georges et Eddy sont chargés de mener le défunt jusqu’à sa dernière demeure. Mais, à la recherche du cimetière qui s’avère introuvable, le convoi funéraire s’égare et le voyage tourne au fiasco.

 

 

Réalisateur pour la publicité et la télévision, Gérard Pautonnier signe, après un court-métrage en 2008, son premier film de cinéma avec Grand froid, adapté du roman Edmond Ganglion & fils de Joël Egloff – qui a coécrit le scénario. Le décor (une entreprise de pompes funèbres) est plutôt rare dans le cinéma, particulièrement en ce qui concerne la comédie. La présence de Jean-Pierre Bacri laissait présager le meilleur de cette comédie à l’humour aussi noir qu’absurde.

 

Le point de départ est assez excitant : deux employés d’une entreprise de pompes funèbres aux rapports père / fils avec un Bacri totalement blasé et pas dupe des entourloupes de son patron borderline incarné par l’excellent Olivier Gourmet. Malheureusement, après quelques premières séquences amusantes, le film piétine et ne fait rien de son matériau de départ. Peut-être le passé de publicité du réalisateur l’a-t-il habitué à l’efficacité des formats courts. Le passage au long format est laborieux, les personnages n’évoluant pas et les éventuels rebondissements tombant systématiquement à l’eau. On s’ennuie… à mourir !

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog