Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Charlize Theron est à l’affiche du nouveau film de David Leitch, Atomic Blonde, un film d’espionnage dans le Berlin de 1989. La photographie et quelques bonnes scènes d’action sauvent un scénario indigent.

"Atomic Blonde", un film de David Leitch

L'agent Lorraine Broughton est une des meilleures espionnes du Service de renseignement de Sa Majesté ; à la fois sensuelle et sauvage et prête à déployer toutes ses compétences pour rester en vie durant sa mission impossible. Envoyée seule à Berlin dans le but de livrer un dossier de la plus haute importance dans cette ville au climat instable, elle s'associe avec David Percival, le chef de station local, et commence alors un jeu d’espions des plus meurtriers.

 

 

La saga Jason Bourne a redonné un coup de fouet au film d’action et d’espionnage en proposant un nouveau modèle mêlant humour et suspense avec un personnage mystérieux et charismatique au centre de l’intrigue. Lorraine Broughton (Charlize Theron, réalisant elle-même les cascades) est son pendant féminin – avec toute sa mémoire, elle. David Leitch, ancien cascadeur pour le cinéma, qui s’est fait la main sur John Wick avant de prochainement réaliser la suite de Deadpool, signe ici son deuxième long-métrage.

 

L’intrigue, rendue inutilement plus complexe qu’elle n’est en réalité, est assez basique, voire même simplette. Jonathan Sela, chef op de quelques films d’action et de clips aussi variés que Wrecking Ball de Miley Cyrus ou Russian Roulette de Rihanna, a su trouver une photographie saturée typique des années 80, changeant de température de couleur selon que l’on est à l’ouest ou à l’est de Berlin. Autre point positif, le plan-séquence hallucinant de bagarre dans un escalier. Mis à part ça, Atomic Blonde reste trop anodin dans son écriture et peine à divertir sur près de deux heures. Un joli pari formel avec une BO jouissive, qui rappelle un peu trop, encore une fois, l’aspect « clip » et souvent gadget de l’entreprise.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog