Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Quatrième film du jeune Rezo Gigineishvili, Hostages a été remarqué au dernier Festival de Berlin. Le réalisateur revient sur l’un des faits divers les plus violents survenus en Géorgie, sous l’ère soviétique. Un peu trop impersonnel, le film n’en est pas moins un témoignage intéressant.

"Hostages", un film de Rezo Gigineishvili

Géorgie, 1983. Sept amis inséparables issus de la jeunesse dorée rêvent de fuir le régime autoritaire de l’Union Soviétique. Bercés d’idéaux, ils décident de détourner un avion pour s’enfuir et rejoindre le monde libre.... D’après le fait divers le plus violent du pays.

 

 

A la tête de grands succès dans son pays natal, Rezo Gigineishvili, dont Hostages est le premier film à connaître une sortie française, a choisi de revenir sur une histoire qui le hante depuis son enfance (il est né un an avant les faits), un des faits divers les plus marquants de Géorgie, une bande d’amis désespérés prévoyant de détourner un avion pour fuir le régime et passer à l’ouest.

 

Alors que le régime communiste se meurt petit à petit, le désir de la jeunesse pour la liberté se fait de plus en plus grande. Sept amis décident de se lancer dans un pari fou : passer à l’ouest, quitter le pays, ce qui est formellement interdit et perdurera jusqu’en 1991 et l’effondrement du bloc soviétique. La narration très classique est au service du propos, pour retranscrire l’histoire au plus proche de la réalité, montrant le décalage entre deux générations (une jeunesse éprise de liberté et leurs parents résignés ou parfois convaincus de l’absurdité du mode de vie « occidental »). Les disques des Beatles vendus sous le manteau, les discussions secrètes, tout cela est très bien souligné par le réalisateur qui réussit moins à imposer un style à son film, trop impersonnel pour séduire totalement. La séquence violente de la prise d’otages manque de force mais la suite (le procès et ses conséquences) reste passionnante, tout comme un final glaçant dans les si belles étendues géorgiennes.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog