Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Lion d’argent de la meilleure réalisation à la Mostra de Venise, le nouveau film d’Amat Escalante, La région sauvage, sonde encore une fois la société mexicaine, avec, cette fois, l’arrivée du fantastique et d’une réflexion intéressante sur le désir.

"La région sauvage", un film de Amat Escalante

Alejandra vit avec son mari Angel et leurs deux enfants dans une petite ville du Mexique. Le couple, en pleine crise, fait la rencontre de Veronica, jeune fille sans attache, qui leur fait découvrir une cabane au milieu des bois. Là, vivent deux chercheurs et la mystérieuse créature qu’ils étudient et dont le pouvoir, source de plaisir et de destruction, est irrésistible…

 

 

Remarqué en 2005 avec Sangre, Amat Escalante a reçu à Cannes en 2013 le Prix de la mise en scène pour Heli, un film très fort sur la violence au Mexique. Le cinéaste a toujours voulu explorer ce qui concernait la violence, mais dans ce quatrième long-métrage, il introduit quelque chose de moins frontal, de plus profond, entre une vision réaliste de la société et une réflexion plus métaphysique sur le sexe, le désir et donc la pulsion de mort.

 

Dès les premières séquences, Amat Escalante change légèrement son fusil d’épaule. Le mystère d’une cabane au fond des bois et la brume remplacent le soleil de plomb et les routes désertiques, évoquant tout à la fois Carlos Reygadas (on pense parfois au grand Post Tenebras Lux) et Lars von Trier. Une jeune femme (Simone Bucio, comme un double de Charlotte Gainsbourg et Asia Argento) erre, blessée, après un rapport sexuel hors norme avec ce qui nous sera présenté un peu plus tard comme la représentation du « moi » primitif (une belle idée, pas assez exploitée). Une autre jeune femme (Ruth Jazmin Ramos) vit un quotidien morose, aux côtés d’un mari infidèle (de la pire des manières) et violent. Elle aussi va voir sa vie bouleversée par la rencontre avec la bête de la cabane. Le film propose, outre une nouvelle vision sur le Mexique et les tabous sexuels, une réflexion passionnante sur le désir et un mélange d’innocence et de violence qui lui est propre. La mise en scène et l’interprétation font oublier les quelques impasses scénaristiques de ce film atypique.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog