Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Présenté au Festival de Cannes hors compétition, le nouveau film d’André Téchiné, Nos années folles, revient sur l’histoire incroyable mais vraie de Louise et Paul Grappe entre 1914 et 1928. Malgré quelques moments de grâce, le film peine à convaincre. Un petit Téchiné.

"Nos années folles", un film de André Téchiné

La véritable histoire de Paul qui, après deux années au front, se mutile et déserte. Pour le cacher, son épouse Louise le travestit en femme. Dans le Paris des Années Folles, il devient Suzanne. En 1925, enfin amnistié, Suzanne tentera de redevenir Paul…

 

 

Depuis une dizaine d’années, le cinéma d’André Téchiné est devenu inégal, entre brillantes réussites (Quand on a 17 ans, La fille du RER) et ratages plus ou moins prononcés (Impardonnables, L’homme qu’on aimait trop). Nos années folles se situe entre les deux. L’intrigue est inspirée d’une histoire vraie et le scénario, coécrit avec Cédric Anger (La prochaine fois je viserai le cœur), adapté du roman La garçonne et l’assassin de Fabrice Virgili et Danièle Voldman.

 

La construction du film, plutôt habile, est faite d’allers et retours entre les représentations dirigées par une espèce de Monsieur Loyal loufoque (Michel Fau) et l’histoire d’un couple fou amoureux (Céline Sallette et Pierre Deladonchamps) mis à l’épreuve de la guerre puis de la clandestinité. Certaines séquences sont marquantes (une rencontre entre Suzanne et une gueule cassée de 14/18, la précision du geste dans l’atelier de couture, le regard si bienveillant de Louise lorsque Suzanne revient de ses « folles » nuits) mais l’ensemble s’avère trop sage et hésite constamment entre reconstitution minutieuse et envolées lyriques, entre réalisme et poésie, sans jamais parvenir au juste équilibre. Le questionnement sur l’identité sexuelle, souvent si bien sondé chez Téchiné, est ici ramené au rang d’artifices (littéralement) et fait de ce film une œuvre mineure dans la filmographie du grand cinéaste.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog