Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #hugobrown

Paris, 18ème arrondissement. Montmartre. En plein cœur du quartier dit "historique". A deux pas de la Place du Tertre. Le cabaret Chez ma cousine.

Une ambiance chaleureuse dès l'arrivée. Un cadre dans des tonalités rouges qui vous mettent dès le départ dans l'atmosphère de ce lieu convivial. Après un -bon- repas, place au spectacle où se succèdent chansonniers, humoristes et fantaisistes en tout genre.

Il est environ minuit quand une fine silhouette apparaît sur la petite scène du cabaret parisien. Timide mais d'un pas assuré, une jeune chanteuse aux cheveux courts et noirs prend le micro pour interpréter une des ses compositions. L'assistance est sous le charme de cette voix délicate et brute à la fois, de cette gouaille parisienne mêlée à une finesse 'rive gauche'. Il y a quelque chose de Piaf des années 2000 avec des textes d'une Barbara apaisée. Elle s'appelle Carine Erseng. Ce soir-là, elle chante trois autres de ses chansons, dont le sublime Libre de faire n'importe quoi. Elle nous transperce l'âme avec une version a capella (qu'elle redoutait) d'Amsterdam de Jacques Brel, nous amuse avec sa reprise de La visite de Lynda Lemay (qu'elle admire) et enflamme le cabaret avec Think d'Aretha Franklin. Le choc.


Carine-Erseng.jpg



Carine Erseng est née le 12 avril 1976 à Sarcelles, en région parisienne. Dès son plus jeune âge, elle se passionne pour la musique. Dans un éclat de rire, elle parle de son caractère plutôt rêveur et confie les difficultés rencontrées à l'adolescence ; d'un caractère souple et partageur, elle est le "souffre-douleur" de la plupart de ses camarades. Pour se détacher de cette fragilité, elle s'impose, en changeant d'école, comme une "dure à cuire" et se fait respecter. Elle saura trouver un équilibre quelques années plus tard… A l'image de cette jeune trentenaire : une générosité qui ne se laisse pas marcher dessus.

A 18 ans, elle s'installe à Paris et la chanson devient son moteur. En 1995, l'année suivante, elle auditionne au Don Camillo (dans le 8ème) où elle chante encore aujourd'hui… Tout comme elle chante Chez ma cousine depuis 1998. Ses compositions s'ancrent dans la variété, au sens noble du terme. Des chansons aux textes ciselés qu'elle travaille toujours avec une mélodie en tête, Carine Erseng écrit et compose une bonne quarantaine de chansons en quelques années seulement.

Après un passage chez Michel Drucker en 2002, elle fait les premières parties de Jean-Marie Bigard et Gérald Dahan. En 2003, elle participe au générique d'une saga télévisée et rencontre le musicien Victor Barange, son complice dès lors. Elle enregistre 5 albums autoproduits entre 1999 et 2006. Bien du chemin parcouru par cette jeune fille qui déteste être serrée dans le métro, apprécie l'odeur des caves à vin ou les friperies et surtout aime qu'on l'aime.


Carine-Erseng-2.jpg


En 2007, à 31 ans, elle autoproduit son sixième album. On peut y trouver des chansons tendres (A quoi tu sais, S'il fallait ou Dis-moi tout), d'autres plus pop-rock (Tout va bien, une version guitare-voix de Vis, composée il y a quelques années), des chansons humanistes pour la plupart (Aux portes du jardin, J'ai de la chance, Un sourire à quelqu'un), une chanson très personnelle -et un clin d'œil à une de ses idoles- (L'ovni tender) et deux titres piano-voix magnifiques (Les gens font rarement les choses et mon coup de cœur Libre de faire n'importe quoi). Les textes et les musiques sont signés Carine Erseng, sauf Les gens font rarement les choses que Victor Barange a voulu mettre en musique et Aux portes du jardin dont les notes proviennent du même garçon…

Comme cette boulimique de la chanson ne s'arrête jamais, elle a déjà écrit et composé de nouvelles chansons, comme Le parisien, chronique réaliste et drôle d'un citadin ou La maison de parapluies dont elle a eu l'idée en voyant un S.D.F. se faire un abri avec des parapluies, en plein Paris. Son septième album, elle espère le publier à échelle nationale et au moment d'un évènement de taille, son premier Olympia "à elle", le 17 mars 2008. Un concert qui promet des surprises, des reprises, de nouvelles compositions. Avec un trac légitime et une excitation quant à ce virage, Carine Erseng prépare ce spectacle dont les réservations sont déjà ouvertes dans les cabarets où elle se produit (*), les "points de vente habituels" et sur le site www.olympiahall.com.


En attendant, elle précise être, depuis peu, marraine de l'association Une école pour Shalik qui a pour but, entre autres, d'aider les enfants au Sri Lanka. Le site internet se trouve dans mes liens.


Pour en savoir plus sur cette artiste talentueuse, son site www.carine-erseng.com est dans mes liens également.

 


Avec son accord, voici le texte de Libre de faire n'importe quoi

paroles et musique : Carine Erseng
 
 


Libre de faire n’importe quoi
Troquer mon air, solder ma voix
J’ai préféré opter pour la sagesse

Ils n’ont pas eu raison de moi
Ceux qui vous mettent le cœur à plat
Ceux qui vous prennent bien plus qu’ils ne vous laissent

Libre de faire n’importe quoi
Offrir mon corps à qui voudra
J’ai préféré opter pour tes caresses

Je ne veux pas boire pour oublier
J’aurais trop peur de t’oublier
Et d’égarer un bout de nos jeunesses

Mais qui peut dire ce qui est bien ou mal?

Libre de faire n’importe quoi
Se foutre en l’air, douter de soi
J’ai préféré opter pour le courage

Je ne veux pas être quelqu’un d’autre
Je me contente bien de mes fautes
Celles qui font qu’on apprend à tous les âges

Libre de faire n’importe quoi
Céder mon âme à qui paiera
Je préfère la poser sur un nuage

Avant qu’on m’invite à planer
Je vais continuer de t’aimer
Et de l’écrire à en user des pages

Mais qui peut dire ce qui est bien ou mal?

 
 


(*) : Don Camillo (10, rue des Saints-Pères - Paris 7ème), Chez ma cousine (12, rue Norvins - Paris 18ème) et La main au panier (3, rue de Poissy - Paris 5ème).

 

photos : Audrey Aubrespin



...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog