Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Musique

Elvis Aaron Presley est le fils unique de Gladys Love Smith et de Vernon Elvis Presley. Né le 8 janvier 1935, il a un frère jumeau mort-né, Jesse Garon Presley. Il grandit à Tupelo jusqu'à l'âge de treize ans. Ses parents, sans travail et en grande difficulté financière, déménagent à Memphis, Tennessee.

 

Amateur de musique noire, de gospel et de blues, Elvis décide de s'essayer à cette musique et pendant l'été 1953, il enregistre à ses frais deux titres, My happiness et That's when your heartaches begin. Il repart avec le disque sous le bras et l'offre à sa mère. La secrétaire du studio note le numéro de téléphone du jeune Elvis car bien qu'elle lui trouve un style bizarre, elle lui reconnaît une certaine belle voix. Elle note à l'attention de son patron, Sam Phillips, "voix à écouter, bon chanteur de ballade". Phillips contacte Elvis, qui passe une audition mitigée. Le 5 juillet, il repasse une audition avec deux musiciens, peu concluante. Sam Phillips est déçu et c'est alors que le jeune chanteur commence à entonner That's all right Mama. Le producteur déclarera : "Ce que venait de faire Elvis avec That's all right Mama me donna immédiatement la chair de poule. Je savais qu'on tenait quelque chose. Ce n'était pas la chanson à proprement parler, mais ce qu'en faisait Elvis. La chanson était à l'origine un blues, Elvis l'a transformée en rock'n'roll. Je peux vous dire que pour moi, c'était un choc. J'ai décidé qu'il devait l'enregistrer. Ce fut son premier vrai succès à Memphis."


Elvis-d--hanch--.jpg


 

Elvis Presley enregistre alors quelques chansons et part en tournée dans le sud des USA. Si les jeunes reconnaissent immédiatement en Elvis un des leurs, il n'en va pas de même pour leurs parents qui, scandalisés devant les déhanchements de plus en plus suggestifs d'Elvis, cherchent à le faire interdire. En conséquence, certains de ses concerts seront purement et simplement annulés et ses disques brûlés en public. Elvis ne laisse personne indifférent : s'il agace l'Américain puritain, il devient une idole pour des millions d'adolescents. En Floride, alors que la jeune vedette s'apprête à monter sur scène devant 22 000 admirateurs en délire, on le prévient que la police est présente dans la salle pour filmer ses fameux déhanchements. Elvis décide alors de ne bouger que son petit doigt pendant toute la durée du concert, et l'hystérie est à son comble.

 

Elvis, qui est alors célèbre dans le sud et sud-ouest des États-Unis, rencontre à la fin d'un concert un homme qui est vaguement impresario, Thomas Andrew Parker, dit "le colonel". Il signe en 1955 un contrat d'exclusivité avec Elvis sur vingt ans, avec à la clé 15% de tous les revenus de Presley. Le "colonel" impressionne Elvis, c'est un homme autoritaire et à qui rien n'échappe. N'a-t-il pas dit à Elvis pour l'approcher : "Jeune homme, pour l'instant vous valez un million de dollars, bientôt vous les aurez comptant "? Ce sont ces phrases qui impressionnent le jeune Elvis qui rêve de réussite et de dollars tout autant que Parker lui-même.

 

Leur collaboration, qui durera jusqu'à la mort d'Elvis, va devenir l'une des plus fructueuse que connaîtra le show business, mais également la plus mystérieuse. Parker dicte, Presley obéit. Lorsque le contrat entre en vigueur, Parker offre trois cadeaux à Presley. Le premier est un contrat avec la plus puissante maison de disque au monde, la RCA. C'est elle qui va miser sur Elvis et lui avancer les millions de dollars nécessaires à un essor planétaire. Le deuxième est un premier disque d'or avec Heartbreak Hotel alors qu'Elvis a tout juste vingt ans. Le troisième et dernier cadeau au jeune chanteur est son arrivée sur le petit écran de millions de téléspectateurs. Le "King du rock and roll" vient de naître. Il enchaîne les succès au milieu des années 1950 : Heartbreak Hotel, Blue Suede Shoes, Don't be cruel, Hound Dog, Love me tender, Jailhouse Rock, King Creole


 



 

Elvis poursuit ses tournées qui deviennent très vite une foire dangereusement incontrôlable. La vedette se produit devant des foules immenses, arrivant en Cadillac rose et surprotégé par une nuée de policiers. L'Amérique veut voir et toucher ce jeune chanteur devenu en moins d'un an une idole pour les jeunes. L'année 1956 se termine en beauté, Elvis décroche son 48ème disques d'or de l'année, il fait l'objet d'une véritable vénération hystérique et déclare au fisc pas moins de 22 millions de dollars en revenus.

 

Poursuivi jour et nuit par ses admirateurs, Elvis finit par se réfugier derrière les murs d'une forteresse. Il s'offre le 19 mars 1957 une grande maison sur le Highway 51 dans Memphis Sud (nom de boulevard changée le 19 janvier 1972 en Elvis-Presley Boulevard). Baptisée Graceland, elle possède vingt-quatre pièces sur un terrain de treize hectares. Immédiatement, Elvis y investit un demi-million USD en travaux pour faire de Graceland son royaume et y installe sa mère, son père, ses oncles et ses tantes, ses cousins et tout un groupe d'amis ou d'anciens camarades d'école qui deviennent jardiniers, chauffeurs ou comptables pour la vedette. A cette époque, il est considéré comme la plus grande vedette du rock and roll.


Elvis---guitare.jpg


 

Le 20 janvier 1958, Presley reçoit un courrier de l'US Army qui lui signifie qu'il doit accomplir son service militaire pendant deux ans. Il est affecté en Allemagne, où il conduit une Jeep pour le sergent Ira Jones (qui relatera leur relation dans un livre). Son service est suspendu le 5 mars 1960. Depuis, beaucoup se sont questionnés sur la légitimité de cette mobilisation, alors que l'on était en temps de paix et qu'Elvis était le seul appui de ses parents et de sa grand-mère. Certains pensent que le but de cette action était de préserver la jeunesse américaine de l'influence du chanteur. C'est peu avant son départ pour l'Allemagne, alors qu'il est encore dans le Texas pour y faire ses classes, que sa mère meurt subitement à 46 ans. Elvis, qui adore sa mère, ne va jamais vraiment s'en remettre.

 

Les années à l'armée sont des années sombres pour Elvis. Dans un pays étranger, loin de ses amis et de ses admirateurs, Elvis déprime. Bien qu'il soit aussi célèbre que dans son pays, il ne sort pratiquement jamais. C'est au cours d'une soirée chez son capitaine qu'il fait la connaissance d'une toute jeune fille de 14 ans, Priscilla Beaulieu. Il en tombe amoureux et décide même de l'accueillir à Graceland à partir de 1962. Finalement, Elvis l'épousera à Las Vegas en 1967.

 

Lorsqu'il est démobilisé, le show business l'attend et Elvis reprend le cours de sa carrière. Presley est très religieux et il enregistre de nombreux albums de gospel. Les trois Grammy Awards qu'il reçoit lui sont tous décernés pour des morceaux de gospel. Il n'aime pas le titre "The King", car selon lui, le seul "King" sur terre c'est Jésus.

 

Elvis Presley délaisse la chanson en 1960 pour le cinéma et part pour Hollywood. Il joue dans de pâles westerns ou des films dans il joue quasiment son propre rôle et interprète ses chansons. Si les premiers films rencontrent un succès phénoménal, les suivants deviennent des caricatures, les navets s'accumulent jusqu'en 1969 et l'on ne retient qu'à peine une demi-douzaine de films sur les 31 tournés. Le but de ces films est de distribuer Elvis Presley et sa musique dans le monde entier sans qu'il n'ait besoin de se déplacer. Lorsque son contrat prend fin en 1968, Elvis, fatigué et critiqué, décide de mettre un terme à sa carrière de comédien. Plus que jamais isolé dans des maisons pour milliardaires de Beverly Hills, Elvis n'a plus aucun contact avec le monde extérieur. Entouré jour et nuit par les mêmes gens depuis ses débuts (la "Memphis Mafia"), il semble ne plus être en mesure de juger sa carrière. La carrière si époustouflante du "King" sombre dans le désastre et l'image d'Elvis en devient ridicule.

 

Suite au désastre hollywoodien, Elvis n'est plus considéré comme une valeur sûre mais veut revenir à la musique. La musique a changé et de nouveaux groupes ont fait leur apparition, avec un immense succès : The Beatles, The Rolling Stones, The Doors… Elvis reste celui qui a lancé le rock mais n'est plus qu'une référence.


Elvis-en-noir.jpg


 

Le colonel Parker fera signer un contrat qui fera relancer la carrière musicale d'Elvis. Celui-ci réapparaît à la télévision après huit ans d'absence dans une sorte de "one-man show" où il interprète ses anciens succès, mais également des nouveaux. L'émission, appelée Elvis '68 NBC Special, est annoncée à grands frais. Elle sera diffusée le 3 décembre 1968. Exit l'acteur des comédies musicales à l'eau de rose, Elvis revient en pleine possession de ses moyens face à ses anciens musiciens, habillé tout de cuir, le sourire en coin et le bassin intact. Il enflamme littéralement la télévision. Jamais une émission de variétés ne connaîtra un succès comparable. L'Amérique retrouve celui qu'elle n'aurait jamais dû perdre, l'Elvis ravageur et rocker. Ce retour a un tel retentissement, que son manager n'a aucun mal à remettre Elvis sur une scène.

 

Les années 1970 sont celles du triomphe. Mais aussi celles de la chute, du désespoir, de la déchéance et de la mort. Le monde s'efface devant cette superstar devenue charismatique. En 1969, il signera un contrat pour une série de spectacles au Hilton International Hotel de Las Vegas. La première a lieu le 31 juillet. Il s'y produira jusqu'en 1976, tout en faisant des tournées dans les grandes villes américaines.

 

Elvis et Priscilla se séparent en février 1972 et ils divorceront officiellement en octobre 1973. Ils auront la garde partagée de leur fille Lisa-Marie qui ira vivre avec sa mère à Los Angeles.

 

En 1972, il donne une série de concert au célèbre Madison Square Garden de New York. C'est un grand retour à New York après 15 ans d'absence. Par la suite, il donne le premier concert par satellite de l'histoire à Hawaii. Ce grand événement eu lieu le 14 janvier 1973 au International Center Arena d'Honolulu.


Elvis-1973.jpg


 

Las Vegas devient une deuxième maison pour le "King", où il donne 600 spectacles tout en délaissant les séances d'enregistrements. Il parcourt aussi le pays dans tous les sens, à bord d'un gigantesque avion personnel où, dans chaque ville, il est fêté comme un surhomme. De 1969 à sa mort, il aura donné 1 500 concerts à travers les États-Unis. D'ailleurs, Elvis n'est plus que l'image de l'Amérique, la vitrine d'un pays riche, et devant des foules immenses qui crient son prénom, il arrive sur scène vêtu d'un costume nommé "jumpsuit" et d'une cape garnie de rubis et de diamants au son d'un impressionnant Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss. Cette pièce d'entrée était un thème d'ouverture qui était suivi par That's All Right Mama. Son succès sur scène est immense, même si ses apparitions ne sont plus qu'un rituel au cours desquels la star se laisse fêter, même si désormais il interprète ses chansons avec détachement et sans plus beaucoup de peine. Il ne sera plus jamais aussi grand, il ne s'en donnera plus la peine. Il est devenu un personnage trop compliqué et trop éloigné du réel pour cela. S'il ne se déplace jamais en dehors des États-Unis, Elvis chante à Las Vegas devant un public international, car depuis de nombreuses années. c'est le monde entier qui vient à lui et non le contraire. Même si les dernières années sont extrêmement pénibles, Elvis s'offre aux foules tel qu'il est devenu, il ne cache rien. Au contraire, il montre son visage bouffi, ses mains gonflées et son corps meurtri, il ne cache ni ses nombreux trous de mémoire ni ses illuminations.

 

Psychologiquement et mentalement miné, Elvis a du mal à vivre, il a des accès de paranoïa, souffre de boulimie alimentaire et médicamenteuse. Entouré jour et nuit par une cohorte de gens prêts à assouvir ses moindres désirs, il ne sait plus où est le bien et où est le mal, il ne sait plus ce qu'est la vie. Le 26 juin 1977, il donne un concert à l'auditorium de Indianapolis, devant 75 000 personnes. La foule tremble d'émotion quand le "King" arrive devant elle sur l'immense scène. Son physique, qui n'a cessé de se dégrader depuis des mois, est terrible. Son visage est enflé au point que l'on aperçoit à peine ses yeux, son corps lourd, trop lourd souffre. Puis il a des trous de mémoire qu'il cache avec de l'humour. Mais si tout cela est pathétique, terrible, sa voix ne l'a pas quitté, plus puissante que jamais, elle a l'air de sortir d'une tombe. Le public lui, est toujours là, peut-être plus fidèle encore. C'est du délire encore et toujours. C'est le "King", c'est Elvis Presley à 42 ans, six semaines avant sa mort.


Elvis---derni--re-photo.jpg


 

Le 16 août 1977 vers 00h30, la dernière photo d'Elvis vivant -au volant de sa voiture- fut prise par Robert Call. A 1h30, Elvis appelle Dick Grob, le chef de la sécurité de Graceland afin qu'il prépare des partitions musicales, pour insertion éventuelle dans sa nouvelle tournée. Par la suite, Elvis a appelé son infirmière favorite, Marian Cocke, afin de la saluer avant son départ en tournée. Lors de sa dernière nuit, Elvis joua du piano devant Ginger Alden et il chanta la chanson Blue Eyes Crying in the rain de Willie Nelson. Ce fut la dernière interprétation de son existence. Après avoir absorbé une importante quantité de somnifères (selon sa compagne Ginger Alden, il se coucha très tard, autour de 7h00) le matin du 16 août. Au milieu de l'après-midi, Elvis est trouvé inanimé dans sa salle de bain par Ginger Alden. Sa fille Lisa Marie, alors âgée de huit ans, et qui ce jour-là séjourne chez lui, sera témoin de la scène. Appelés sur les lieux deux ambulanciers de Memphis qui viendront 40 minutes plus tard à son secours reconnaitront à peine Elvis en cet homme de 140 kilos. Il est trop tard, Elvis est mort d'une crise d'arythmie. Il souffrait notamment d'un problème de poids, de constipation chronique et d'une grave dépendance aux médicaments de prescription (Valium, Demerol, Nembutal…).

 

Sa mort provoque aux USA un choc comparable à celui de l'attentat mortel contre le Président Kennedy. Venus de tout le pays, des milliers de fans se massent devant les grilles de Graceland où ils restent des heures sous une chaleur accablante.

 

De son vivant, Elvis a vendu environ 700 millions de disques, a joué dans 31 films, donné 1 054 concerts aux États-Unis et trois au Canada, donné 525 spectacles à Las Vegas. Il a été le premier artiste à donner un concert par satellite (14 janvier 1973 à Hawaii) qui fut regardé simultanément par un milliard de téléspectateurs dans 43 pays. Depuis sa mort, il s'est vendu 500 millions de disques d'Elvis. De 1977 à 1980, il a été l'artiste décédé qui a rapporté le plus d'argent (il est encore le deuxième derrière Kurt Cobain).


...HB...

Commenter cet article

Iza 18/08/2007 12:19

Elvis fait parti des grands de ce monde que le succès a en quelque sorte détruit...Très bel arcticle, et les vidéos, super! Merci!

Articles récents

Hébergé par Overblog