Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Cinquième réalisation d'Albert Dupontel, 9 mois ferme est une comédie dans laquelle il se met en scène aux côtés de Sandrine Kiberlain. Sur un postulat de départ amusant, Dupontel s'égare dans une beauferie assez ringarde, sexiste et d'une lourdeur affligeante.

 

 

Affiche-9-mois-ferme.jpg


 

Ariane Felder est enceinte ! C'est d'autant plus surprenant que c'est une jeune juge aux mœurs strictes et une célibataire endurcie. Mais ce qui est encore plus surprenant, c'est que d'après les tests de paternité, le père de l'enfant n'est autre que Bob, un criminel poursuivi pour une atroce agression ! Ariane, qui ne se souvient de rien, tente alors de comprendre ce qui a bien pu se passer et ce qui l'attend...

 

 

 

 


 

Dans ses réalisations, Albert Dupontel manie avec habileté, depuis près de vingt ans, un mélange d'agressivité, de néo-punk et de comédie bon-enfant. Bernie, Le Créateur et Enfermés dehors étaient des exutoires jouissifs et Le vilain amorçait un virage plus grand public, mais très réussi (lire l'article du 25 novembre 2009). 9 mois ferme, d'une volonté clairement plus racoleuse, s'empare pourtant d'un point de départ amusant avant de sombrer dans une bêtise confondante.

 

Sandrine Kiberlain, qui offre d'ailleurs les rares bonnes scènes du film grâce à son art du décalage, incarne une juge d'instruction psychorigide et qui ne s'épanouit que dans sa réussite professionnelle, refusant jusqu'à l'idée de fonder une famille. Albert Dupontel, jadis provocateur à tendance anarchiste, semble bien perdu aujourd'hui, prenant un tournant étonnamment conservateur. En effet, la thèse du film est que le bonheur d'une femme ne peut pas exister en dehors de la maternité -et d'un homme macho et rustre. Les vannes vues et revues tombent à plat, Dupontel n'est que la caricature de son personnage et ses personnages secondaires ne sont que des faire-valoirs, de manière assez gênante. Après ce fiasco intégral, on attend mieux de l'acteur-réalisateur.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog