Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Littérature

 

Cette rentrée littéraire 2013 est l'occasion pour Amélie Nothomb de revenir à la pure autobiographie avec La nostalgie heureuse. Signant son meilleur bouquin depuis longtemps, l'écrivain belge raconte son retour au Japon pour les besoins d'un documentaire autour d'elle.

 

 

Amelie-Nothomb-La-nostalgie-heureuse.jpg


 

D'un point de vue étymologique, la "nostalgie" signifie le mal du pays, le retour (du grec nostos) et la douleur (algos). D'ailleurs, lors de son entrée dans le dictionnaire en 1835, le mot répondait à "maladie causée par un désir violent de retourner dans sa patrie". Cela n'aura sûrement pas échappé à la philologue Amélie Nothomb, qui relate son retour, seize ans après son dernier passage, au Japon, le pays chéri qui l'a vue naître. A l'initiative de la chaîne France 5 (qui a diffusé en ce mois de septembre le documentaire), l'auteur repart sur les traces de son enfance, dans le quartier où elle a passé les premières années de sa vie, dans son école maternelle, auprès de sa nounou tant aimée et dont les retrouvailles sont le moment le plus intense du livre.

 

 

 

 

 


En page 90, Nothomb explique, par la voix d'un interprète : "Natsukashii désigne la nostalgie heureuse, l'instant où le beau souvenir revient à la mémoire et l'emplit de douceur" au contraire de la "nostalgie triste, qui n'est pas une notion japonaise". C'est toute la subtilité d'un grand écart permanent entre deux cultures qu'Amélie Nothomb décrit dans son récit, tenu comme un carnet de bord a posteriori. Ce vingt-deuxième livre est né de l'incapacité à raconter son expérience à ses proches. Elle explique : "C'était une souffrance et une frustration. J'ai obéi à ce principe cher à Virginia Woolf, selon lequel 'il ne s'est rien passé tant qu'on ne l'a pas écrit'". Avec un style plus simple, plus direct, moins alambiqué que ces précédentes productions, Amélie Nothomb séduit et émeut avec un récit sincère. Une belle renaissance de la part d'un auteur en perte de vitesse ces dernières années.

 

 

 

...HB...

Commenter cet article

Sara-Jane 14/12/2015 14:14

J'ai lu presque tous les livres d’Amélie Nothomb. Je trouve que celui-ci est moins bien, car je suis restée sur ma faim.

Guillaume 27/09/2013 22:21


Tu disais déjà de Barbe Bleue qu'il s'agissait de son meilleur livre depuis plusieurs années. Et pour son dernier roman tu annonces qu'elle signe "son meilleur bouquin depuis longtemps".


Tu aurais donc déjà oublié son avant dernier roman? Ma foi, au rythme d'un par an, il y a de quoi se perdre! 


En tout cas j'ai fini par lire Barbe Bleue, après avoir été intrigué par ton billet. Très prenant, parfois drôle ou troublant même si le dénouement m'a quelque peu décu.


Jai également fini hier Acide Sulfurique. Je ne sais pas si tu as déjà fait un billet dessus, a posteriori. Là encore, je trouve l'idée de départ très intéressante, et le déroulement intéressant
et très facile à lire. Mais la fin m'a paru beaucoup trop facile. Apres, je me contente peut être trop simplement d'une lecture au premier degré sans trop me poser de questions.


Bises

Hugo Brown 27/09/2013 23:18



Je voulais dire par son meilleur livre depuis longtemps, celui qui renoue avec la veine que j'aime le mieux, la veine autobiographique de son œuvre ! 

Mais je trouve sinon que ces dernières productions étaient plutôt bonnes sans être inoubliables, en effet.  



Articles récents

Hébergé par Overblog