Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Pour son premier rôle en vedette au cinéma, Nicolas Bedos a coécrit Amour et turbulences, qui est aussi le premier film d'Alexandre Castagnetti. Le chroniqueur et comédien donne la réplique à Ludivine Sagnier dans une comédie romantique sans âme qui rejoindra le tout-venant de la production française formatée pour les diffusions télévisées.

 

 

Affiche-Amour-et-turbulences.jpg


 

Alors qu'un avion la ramène de New-York à Paris où elle s'apprête à se marier, la belle Julie se retrouve assise à côté d'Antoine, un séduisant débauché qu'elle a aimé 3 ans plus tôt. Elle va tout faire pour l’éviter alors qu'il compte sur ces 7 h de vol pour la reconquérir! L'occasion pour nous de voyager dans le passé et de revivre leur rencontre, leur amour, leur rupture, autant de scènes rocambolesques, romantiques et corrosives qui vont faire de ce voyage le plus bouleversant de leur vie.

 

 

 

 


 

Alexandre Castagnetti est un des membres de La Chanson du Dimanche, duo d'humoristes made in Canal Plus. Pour son premier long-métrage en solo, il a choisi de travailler avec Nicolas Bedos, dont les chroniques acides sont devenues célèbres. Un personnage que l'on adore détester à la télé ne fait pas forcément un personnage de film. Le dandy cynique a coécrit la comédie, adaptée d'un scénario américain. Passées quelques vannes amusantes sur le sexe ou les femmes enceintes, on s'ennuie rapidement devant ce spectacle convenu que l'on a l'impression d'avoir vu mille fois.

 

Niveau casting, Ludivine Sagnier fait le job, sans plus, et on imagine une petite dizaine d'actrices de sa génération qui l'aurait fait tout autant, ni mieux ni moins bien. Ce sont les seconds rôles qui apportent un peu de sourire : Clémentine Célarié en mère possessive, le vieux couple dans l'avion formé par Jackie Berroyer et Brigitte Catillon et Michel Vuillermoz en commandant de bord observateur et compréhensif. Amour et turbulences enchaîne les clichés comme des perles, ne surprenant jamais et offrant des scènes si convenues qu'elles en deviennent gênantes. Aussitôt vu, aussitôt oubli, ce film représente le manque d'audace d'un certain cinéma français, borné aux exigences du box-office et au cahier des charges des diffusions en prime-time sur les grandes chaînes. Dommage. 

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog