Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Fanny Ardant signe son deuxième film en tant que réalisatrice, Cadences obstinées. Un film singulier, loin de tout réalisme, qui confronte amour et art. La réalisation soignée ne rattrape malheureusement pas un scénario abscons.

 

 

Affiche-Cadences-obstinees.jpg


 

Une femme a abandonné sa brillante carrière de violoncelliste pour l’amour d’un homme. Mais cet homme a un contrat à remplir, contrat qui ne peut pas s’encombrer d’amour… On n’aime jamais de la même façon et en même temps.

 

 

 

 


 

Fanny Ardant est une artiste singulière. Actrice qu'on ne présente plus, elle s'est lancée dans la réalisation avec un premier film prometteur, Cendres et sang, en 2008. Cinq ans plus tard, elle livre un film original et inclassable, proche de l'abstraction, mettant en scène Asia Argento comme son double, regard énigmatique, coiffure "ardantesque" et élégance baroque. La star a apporté un soin particulier la mise en scène, d'une élégance flamboyante, frôlant tout de même parfois le ridicule (des ralentis incompréhensibles, des cadres improbables…).

 

Margo a abandonné une brillante carrière de concertiste pour vivre son histoire d'amour. Mais cet homme lui consacre de moins en moins d'attention et semble même agacé par sa simple présence. Il doit restaurer un hôtel pour un patron mafieux. Elle s'ennuie, étouffe et ne comprend plus la distance de son amant, elle qui ne rêve que de passion. Une rencontre avec un décorateur va lui redonner goût à l'art et, avec son ancien professeur (Johan Leysen, excellent) qui perçoit sa "flamme" intacte, elle va reprendre le chemin des répétitions. Fanny Ardant livre de belles séquences mais échoue à passionner en mettant trop à distance la réelle passion de cette femme, uniquement dans l'hystérie. A cause d'un scénario trop souvent confus et d'un faux rythme, le film finit par susciter l'ennui.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog