Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Musique

 

Révélation de l'année, Christine and the Queens publie son premier album, Chaleur humaine, qui fourmille de tubes. Une artiste pop et attachante, à mi-chemin entre Véronique Sanson et Michael Jackson ! Déjà parmi les meilleurs albums français de l'année.

 

 

Christine-and-teh-Queens-album.jpg


 

Héloïse Letissier a choisi un nom de scène, Christine and the Queens, après une rencontre dans un club londonien en 2010. Christine est comme un double qui se permettrait tout sur scène et les Queens sont des acolytes imaginaires inspirés de travestis anglais. "Je suis partie à Londres pour me perdre, et je m'y suis trouvée. Ces travestis, qui ressemblaient plus au Bowie de la période Ziggy qu'aux créatures d'Almodóvar, m'ont fascinée. Ils m'ont réconciliée avec moi-même" déclare-t-elle. Après deux EP remarqués, notamment avec Nuit 17 à 52, interprétée aux Victoires de la Musique, la jeune femme publie un premier album qui suscite un intérêt public et critique.

 

 

 

 

 


Influencée par Michael Jackson (son idole) mais aussi Beyoncé, le hip-hop, l'électro ou la variété française des années 70, Christine and the Queens mêle une écriture littéraire et poétique avec des arrangements dépouillés, parfois un peu froids, et télescopant toujours hip-hop, électro et structure pop plus classique. On retrouve sur ce disque le mini-tube Nuit 17 à 52, une pure merveille, mais aussi une reprise étonnante de Christophe (Paradis perdus) sous forme de mash-up avec Heartless de Kanye West. La rencontre est surprenante mais fonctionne parfaitement. L'univers de la jeune chanteuse n'est pas que musical, puisqu'elle accorde un soin particulier à ses prestations scéniques et à ses vidéo-clips. Saint Claude, le premier single officiel de cet album, est soutenu par un clip minimaliste dans lequel elle rend hommage à Michael Jackson avec une chorégraphie bouleversante.

 

 

 

 


 

Oscillant entre mélodies mélancoliques et arrangements soignés, le disque se permet même, sur Ugly Pretty, une incursion plus dance, rappelant le voguing, rendu populaire par les artistes new-yorkais des années 80 et Madonna en 1990. Une chose est sûre, on n'a pas fini de parler de la Reine Christine.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog