Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Après l'adaptation suédoise de Millénium, Niels Arden Oplev signe son premier film hollywoodien, Dead Man Down, avec Colin Farrell et Noomi Rapace. Une histoire de vengeance et de rédemption classique mais habilement ficelée.

 

 

Affiche-Dead-Man-Down.jpg


 

Victor est le bras droit d’Alphonse, un caïd new-yorkais. Quelqu’un s’en prend à leur gang, dont les hommes sont abattus les uns après les autres, et l’assassin multiplie les messages de menace. Espérant s’attirer les faveurs d’Alphonse, Darcy, un ami de Victor, se lance sur les traces du tueur. Lorsque Victor fait la connaissance de Béatrice, une Française qui vit avec sa mère, Valentine, il est tout de suite attiré. Il va vite découvrir qu’elle n’est pas ce qu’elle prétend. Béatrice est une victime qui cherche à se venger – et pour cela, elle a besoin de l’aide de Victor. Mais Béatrice va elle aussi se rendre compte que Victor n’est pas exactement ce qu’il avait dit. Lui aussi a un compte à régler… Ces deux êtres assoiffés de vengeance vont mettre au point un plan qui n’épargnera personne…

 

 

 

 


 

Le réalisateur danois Niels Arden Oplev a connu la consécration mondiale avec son adaptation de Millénium, avant celle de David Fincher. Suite à ce succès, il a reçu des dizaines de scénarii américains avant de choisir celui de Dead Man Down, traitant de son thème de prédilection, la rédemption. Colin Farrell et Noomi Rapace (déjà à l'affiche de Millénium) portent ce film qui mêle film noir, polar et romance.

 

Victor (Colin Farrell) et Béatrice (Noomi Rapace) ont tous les deux une vengeance à accomplir, et tous deux cachent un secret douloureux. Le réalisateur s'amuse avec les codes du "revenge movie" et met en scène le scénario avec habileté, même si certains coups de théâtre sont un peu trop attendus. Les personnages sont parfois trop caricaturaux : l'esthéticienne un peu trop naïve, la mère maniaque et aimante, l'homme taiseux qui cache un lourd secret, les voyous albanais trop bêtes pour être crédibles… Malgré tout, le film séduit par son atmosphère et le talent de ses acteurs, Colin Farrell en tête, remarquable en vengeur viril et sensible. Isabelle Huppert, qui joue la mère française de l'héroïne, est extraordinaire (est-il besoin de toujours le rappeler ?) et étonnante de simplicité. La scène finale, un peu trop attendue, n'est pas à la hauteur des enjeux, mais l'ensemble tien assez bien la route pour capter l'attention. A noter l'utilisation de la très belle chanson de Zaz, Eblouie par la nuit.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog