Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Deuxième film du réalisateur danois Tobias Lindholm, Hijacking est la reconstitution réaliste des conséquences d'une prise d'otage par des pirates sur un navire dans l'océan Indien. Entre approche documentaire et suspense haletant, le film captive.

 

 

Affiche-Hijacking.jpg

 


En plein océan Indien, le navire danois "MV Rosen" est pris d’assaut par des pirates somaliens qui retiennent en otage l’équipage et réclament une rançon de 15 millions de dollars. Parmi les sept hommes restés à bord, Mikkel, le cuisinier, marié et père d’une petite fille. Prisonnier et affaibli, il se retrouve au cœur d’une négociation entre Peter, le PDG de la compagnie du cargo et les pirates. Pour l’armateur, sauver ses hommes est un devoir. Mais le sang-froid et les millions suffiront-ils à ramener tous ses marins dans leur famille ?

 

 

 

 


 

Tobias Lindholm a participé à l'écriture de plusieurs films de Thomas Vinterberg (dont La chasse) ainsi qu'à la série à succès Borgen. Après un premier film tourné dans une prison (R, sorti en 2010 mais inédit en France), le réalisateur danois s'est intéressé à l'attaque de navires par des pirates somaliens (sans s'inspirer d'un cas en particulier) et surtout aux négociations qui suivent.

 

Dans les premières séquences du film, on découvre le PDG froid d'une grande entreprise qui intervient dans une négociation de contrat et parvient, avec un sang-froid brillant et effrayant, à faire baisser le prix de 21 à 15 millions de dollars. En parallèle, l'équipage d'un de ses navires s'apprête à rentrer après de longs mois passés en mer. Hijacking mettra en parallèle ces deux mondes, sans sortir de ces deux décors. Lorsque l'équipage est pris en otage par des pirates, s'engage une négociation qui va durer des mois.

 

La force du film est qu'il déjoue les clichés du genre. On ne voit pas l'assaut des pirates ni même leur occupation du bateau, ou assez peu. Le réalisateur préfère se focaliser sur le patron, dans les locaux de son entreprise qu'il ne quitte plus, et sur le cuisinier qui est souvent mis à contribution par les pirates et par leur traducteur qui prétend être lui-même otage. Le film opère des ellipses franches et se concentre sur les âpres négociations téléphoniques, avec un sens du suspense brillant. De cette épure dans la mise en scène naît une tension décuplée qui offre une image certes cynique mais aussi ambivalente du monde des affaires, prêt à tout pour gagner la bataille de la négociation. Parfois au mépris des conséquences humaines.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog