Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Huit ans après le carton de La marche de l'empereur, Luc Jacquet filme les arbres séculaires dans Il était une forêt, son nouveau documentaire. Contant la (re)naissance d'une forêt, le documentariste célèbre la nature et nous instruit de manière ludique.

 

 

 Affiche-du-film-IL-ETAIT-UNE-FORET.jpg


 

Pour la première fois, une forêt tropicale va naître sous nos yeux. De la première pousse à l’épanouissement des arbres géants, de la canopée en passant par le développement des liens cachés entre plantes et animaux, ce ne sont pas moins de sept siècles qui vont s’écouler sous nos yeux. Depuis des années, Luc Jacquet filme la nature, pour émouvoir et émerveiller les spectateurs à travers des histoires uniques et passionnantes. Sa rencontre avec le botaniste Francis Hallé a donné naissance à ce film patrimonial sur les ultimes grandes forêts primaires des tropiques, au confluent de la transmission, de la poésie et de la magie visuelle. "Il était une forêt" offre une plongée exceptionnelle dans ce monde sauvage resté dans son état originel, en parfait équilibre, où chaque organisme -du plus petit au plus grand- connecté à tous les autres, joue un rôle essentiel.

 

 

 

 


 

En 2005, Luc Jacquet, documentariste animalier de longue date, séduisait le monde entier avec son premier film de cinéma, La marche de l'empereur, attirant 20 millions de spectateurs au total, dont près de deux millions en France. Après un passage par la fiction (Le Renard et l'Enfant - 1,8 million d'entrées en 2007), le réalisateur revient au documentaire, en rendant hommage à la forêt. C'est sa rencontre avec le botaniste Francis Hallé qui a déclenché l'écriture de ce film.

 

Tourné principalement au Gabon et au Pérou, le film s'intéresse aux forêts équatoriales. Après un prologue en guise d'avertissement face à la déforestation, Il était une forêt utilise intelligemment les connaissances de Francis Hallé et mêle des paysages sublimes à des images de synthèse illustrant l'évolution de la forêt, rendant visible le temps si long du végétal (environ sept siècles). La réalisation est fluide et inventive. Avec Benjamin Vial, son chef machiniste, Luc Jacquet a imaginé des systèmes de travellings adaptés au tournage en forêt, l'Arbracam, une caméra fixée sur des cordes et pouvant se déplacer sur toute la hauteur des arbres géants (près de 70 mètres). Le ton est familial, ludique, Jacquet veut instruire en douceur. On pourra reprocher au film son aspect trop retravaillé (à cause de trop nombreux effets spéciaux) mais Il était une forêt reste un spectacle plaisant et qui émerveillera les petits comme les grands.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog