Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

En compétition au dernier festival de Cannes, François Ozon dresse le portrait d'une adolescente d'aujourd'hui dans Jeune et jolie. Sur un sujet sulfureux -la prostitution des ados-, le cinéaste livre un film lumineux sur le désir, le mystère féminin et la mélancolie de la jeunesse.

 

 

Affiche-Jeune-et-jolie.jpg


 

Le portrait aujourd'hui d’une jeune fille de 17 ans en 4 saisons et 4 chansons.

 

 

 

 


 

François Ozon est un cinéaste prolixe (14 longs-métrages en 15 ans) et en constante recherche. Il alterne ainsi les succès populaires (Huit femmes, Potiche, Dans la maison) et les films plus intimistes (Sous le sable, Le temps qui reste, Le refuge), en tentant parfois des exercices de style (le fantastique avec Ricky, le mélodrame anglais avec Angel). Petit génie et réalisateur tout terrain, il revient à ce qu'il filme le mieux : le trouble, le désir et l'adolescence. Du plaisir pris à tourner avec de jeunes acteurs pour Dans la maison, Ozon a décidé de renouveler l'expérience, revenant ainsi à l'esprit de ses premiers films (Gouttes d'eau sur pierres brûlantes ou Les amants criminels).

 

Selon François Ozon, "le sujet du film est avant tout : qu'est-ce que c'est que d'avoir 17 ans et de sentir son corps se transformer ? L'adolescence est souvent très idéalisée dans les films. Pour moi, c'était une période de souffrance et de transition compliquée, dont je n'ai pas de nostalgie." Isabelle passe ses vacances d'été dans une demeure cossue du sud de la France où elle fête ses 17 ans. Le premier plan du film montre la jeune femme (Marina Vacth, révélation) observée à la jumelle par son petit frère pré-adolescent. Le ton est donné, elle sera l'objet sulfureux du désir. Comme beaucoup de jeunes filles, elle connaît un dépucelage attendu et décevant, sur la plage, dans les bras d'une Apollon allemand. Isabelle est présente à moitié et elle se voit elle-même observer la scène, comme si l'enfant laissait la place à l'adulte en devenir. A son retour à Paris, après les cours, elle devient Léa et rencontre des messieurs plus âgés dans des chambres d'hôtels. Issue d'une milieu aisé, Isabelle ne fait pas ça pour l'argent (qu'elle stocke dans unbe enveloppe cachée dans son armoire) mais par une pulsion quasi-hormonale, un désir mystérieux qui la pouse à dépasser ses limites. Ozon souligne qu'elle "aurait pu aussi bien se droguer ou être anorexique, l'essentiel étant que ce soit secret, clandestin, interdit."

 

Le film est divisé en chapitres déclinant les quatre saisons et accompagnés chacun d'une chanson de Françoise Hardy (L'amour d'un garçon, A quoi ça sert, Première rencontre et Je suis moi). Le cinéaste précise : "Ca m'intéresse de confronter ce personnage avec une vision idéaliste de l’adolescence que véhiculent les chansons des années 60 dont celles de Françoise Hardy. C’est la période où les ados deviennent consommateurs. Et je voulais comparer ce reflet de cette époque avec aujourd’hui." Il est vrai que la chanteuse interprète depuis plus de 50 ans parmi les plus belles chansons sur les tourments intérieurs et la mélancolie amoureuse. François Ozon filme la jeune femme avec sensualité mais aussi beaucoup de pudeur. La mère (Géraldine Pailhas, parfaite) et le beau-père (Frédéric Pierrot) ne voient rien et tombent des nues en apprenant l'activité de l'ado. Sans porter de jugement, le réalisateur montre le désir féminin dans tout son mystère à un âge où la sexualité n'est pas encore forcément connectée aux sentiments. Les nouvelles technologies facilitent l'activité d'Isabelle, mais on pense nécessairement à Belle de jour où Séverine (Catherine Deneuve) se prostitue par fantasme et désœuvrement sans l'aide de réseaux sociaux. Avec ce film, François Ozon continue d'explorer un thème présent de manière transversale dans son œuvre, le désir (particulièrement féminin) et l'interdit. Jeune et jolie figure désormais parmi ses plus belles réussites.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog