Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Pour son premier film, Abdellah Taïa adapte son récit autobiographique L'armée du salut. Un témoignage intime et bouleversant sur la difficulté de la différence dans une famille marocaine.

 

 

Affiche-L-armee-du-salut.jpg

 


Dans un quartier populaire de Casablanca, Abdellah, adolescent homosexuel, essaie de se construire au sein d’une famille nombreuse, entre une mère autoritaire et un frère aîné qu’il aime passionnément.

 

 

 

 


 

Abdellah Taïa a publié plusieurs ouvrages, dont un roman largement autobiographique, L'armée du salut, paru en 2006. Pour l'adapter au cinéma, l'écrivain-réalisateur ne s'est pas relu mais a puisé dans les souvenirs de son passé, afin de ne pas simplement mettre son livre en images. Au-delà de l'homosexualité, ce qui intéressait l'auteur était "de dire par les images le fonctionnement compliqué, complexe, du monde marocain et de placer, au cœur de la réalité de ce dernier, des signes assumés de l’homosexualité." Le personnage d'Abdellah est incarné par l'impressionnant Saïd M'Rini (adolescent) et le tout aussi excellent Karim Ait M'Hand (adulte), déjà vu cette année dans La crème de la crème de Kim Chapiron (lire l'article du 2 avril 2014).

 

Abdellah grandit dans une famille dirigée par une mère autoritaire et un père tantôt aimant, tantôt violent. Entourée de ses nombreux frères et sœurs, l'adolescent tente de se construire, entre rejet et abus divers, pour une pastèque ou parfois rien du tout. Le film tient à de petites choses, un quotidien où toute émotion est refoulée (on ne montre pas ses sentiments et encore moins ses premiers émois homosexuels). La mise en scène dépouillée et les rares dialogues nous plongent pendant près d'une heure dans l'intériorité d'Abdellah, tout en nuances, victime des jugements mais pas seulement. Dans une seconde partie, dix ans plus tard, le jeune homme a compris qu'il devait agir lui-même en stratège, qu'il va lui aussi faire du mal autour de lui. Revenu de l'attirance irrépressible pour son grand frère, parti vivre sa vie, il séduit un Européen bien plus âgé que lui, possible issue pour fuir ce Maroc qui l'empêche d'exister pleinement. La dernière séquence, bouleversante et inattendue, est le point d'orgue d'une nouvelle vie. Et d'un réalisateur à suivre.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog