Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Jean-Christophe Grangé est une nouvelle fois adapté au cinéma. Dans La marque des anges - Miserere, Sylvain White réunit pour la première fois Gérard Depardieu et Joeystarr. Un polar politico-mystique raté, balourd et prétentieux.

 

 

Affiche-La-marque-des-anges.jpg


 

A Paris, Lionel Kasdan, commissaire de la BRI à la retraite, enquête sur un meurtre étrange : un chef de chœur a été retrouvé mort dans sa paroisse, les tympans détruits, sans qu'aucun témoin n'ait apparemment assisté à la scène. De son côté, Frank Salek, un agent d'Interpol menacé d'être mis à pied par ses supérieurs à cause de son comportement excessif, traque la piste d'une organisation secrète, spécialisée dans le kidnapping d'enfants. Lorsque Salek apprend la mort du chef de chœur, il pense avoir établi un lien avec sa propre enquête et accepte de faire équipe avec Kasdan. Mais plus l'enquête avance, plus Salek semble perdre pied, comme rattrapé par un secret jusque-là enfoui. Dès lors, les deux hommes vont plonger dans une affaire qui trouve sa source dans les heures les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale...

 

 

 

 

 


Trois des best-sellers de Jean-Christophe Grangé ont déjà été adaptés pour le cinéma (Les Rivières Pourpres, L'Empire des loups et Le Concile de pierre) avec plus ou moins de succès. Miserere est le quatrième et devient La marque des anges. C'est Sylvain White, réalisateur franco-américain de films de genre mineurs, qui a pris en charge cette nouvelle adaptation. Le Miserere est un chant religieux somptueux, interprété au XVIIème siècle au Vatican, dans la Chapelle Sixtine, interdit de publication en dehors des murs, et dont la légende veut que Mozart, un siècle plus tard, âgé de 14 ans, ait retranscrit de mémoire le chant sacré. Dans le roman de Grangé, ce chant devient une arme, en quelque sorte, utilisé par d'anciens nazis.

 

Sur un fond historico-politique réel (l'étude de la souffrance des prisonniers dans les camps nazis reproduite par les colonels exilés en Amérique du Sud), le film brode une intrigue invraisemblable et confuse autour de traumatismes d'enfance et d'impossible résilience. Gérard Depardieu et Joeystarr forment un duo de flics non conventionnels -un retraité et un rebelle- qui tente de percer le mystère d'un série de meurtres autour des gens de l'Eglise. La réalisation est d'une lourdeur telle qu'elle ferait passer les pires séries B américaines pour des œuvres d'art et essai et le scénario est en roue libre, visiblement destiné au seul placement de produit qui inonde le film. La pire adaptation de Grangé, c'est dire…

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog