Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Jason Reitman signe son premier mélodrame avec Last days of summer, adaptation d'un best-seller de Joyce Maynard. Kate Winslet et Josh Brolin forment un tandem sensuel dans un film parfois un peu trop convenu.

 

 

Affiche-Last-days-of-summer.jpg

 


Lors du dernier week-end de l’été, Frank, un détenu évadé, condamné pour meurtre, oblige Adèle et son fils Henry à le cacher chez eux.  Très vite, la relation entre le ravisseur et la jeune femme prend une tournure inattendue. Pendant ces quatre jours, ils vont révéler de lourds secrets et réapprendre à aimer...

 

 

 

 


 

Jason Reitman est plus connu pour ses comédies teintées de cynisme, comme Thank you for smocking, In the air, Juno (lire l'article du 8 février 2008) ou Young adult (lire l'article du 5 avril 2012). Pour son nouveau long-métrage, il décide de basculer dans le mélodrame classique, ancré dans l'Amérique profonde, dans la moiteur de la fin de l'été, sur le "long week-end" (titre français du roman) du Labor Day (titre original du film et du roman), chaque premier lundi de septembre. Les décors, les couleurs et la chaleur rappellent tous les grands mélodrames hollywoodiens, d'Un tramway nommé désir à Sur la route de Madison. Adele (Kate Winslet, toujours parfaite) vit seule avec son fils Henry (le jeune Gattlin Griffith est stupéfiant), dans un isolement délétère, effrayée à la simple idée d'aller au supermarché, où elle ne se rend qu'une fois par mois. C'est ce jour-là qu'elle "rencontre" Frank (Josh Brolin, étonnant), qui vient de s'échapper de prison et les prend en otage de la façon la plus originale (et manipulatrice) qui soit.

 

Pendant les quatre jours de ce long week-end férié, Frank va rester dans la maison, sans vraiment laisser le choix à ses occupants, se cachant des rondes de la police à ses trousses. Mais très rapidement, Adele et son fils vont voir en lui plus qu'un meurtrier en cavale. Kate Winslet et Josh Brolin rejoue peu ou prou la scène de poterie de Ghost mais dans une version pâtissière. La recette de la peach pie tiendra, on le comprendra, une place fondamentale dans la vie future de l'adolescent. Jason Reitman filme les prémices d'une passion amoureuse aussi improbable que dévorante, avec pudeur et goût du silence. Frank va redonner à Adele le goût du désir, ce désir si cher qu'elle a perdu suite à une série de drames qui nous seront révélés habilement. En revanche, c'est le passé de Frank qui est distillé en de trop nombreux flashbacks, polluant l'action principale et justifiant de manière assez discutable (pour ne pas dire dégueulasse) son meurtre, aussi involontaire soit-il. On regrette ce malheureux écueil, mais le film charme par sa mise en scène de la sensualité et de l'éveil (ou réveil) du désir, la "faim du contact humain" selon la jolie définition d'Adele.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog