Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Marc Esposito reforme sa bande potes dans Le cœur des hommes 3, sans Gérard Darmon mais avec Eric Elmosnino, et toujours Bernard Campan, Jean-Pierre Darroussin et Marc Lavoine. Une comédie divertissante mais très en-dessous des épisodes précédents.

 

 

Affiche-Le-coeur-des-hommes-3.jpg

 

 

Alex, Antoine et Manu rencontrent Jean, un solitaire, qui ignore les plaisirs de l'amitié. Peu à peu, ils apprennent à se connaître, à s'apprécier. Jean est touché par la complicité et l'affection qui nourrit leur relation, il découvre le bonheur d'être ensemble. Quand leurs aventures sentimentales et les épreuves de la vie les bousculent, ils se regroupent pour les partager, pour se tenir chaud. De confidences en éclats de rires, le trio redevient un quatuor.

 

 

 

 

 

 

Marc Esposito, ancien journaliste et fondateur des magazines Premiere et Studio, a rencontré le succès en tant que réalisateur avec Le cœur des hommes en 2003 puis sa suite en 2007. Si ses deux autres films (Toute la beauté du monde en 2006 et Mon pote en 2010) n'ont pas tellement fonctionné, il revient à sa franchise à succès. Gérard Darmon n'ayant pas souhaité faire partie de l'aventure, il a fallu réécrire et inclure un nouveau larron, incarné par Eric Elmosnino, quatrième pote qui intègre bien vite la fine équipe.

 

Si les deux premiers volets ne brillaient pas par leur subtilité, on y retrouvait néanmoins la sympathie des films de potes, lorgnant vers Claude Sautet, sans pour autant en atteindre le niveau. Dans ce troisième épisode, si les acteurs (Darroussin et Lavoine en tête) sont toujours aussi convaincants, on est saisi par le sexisme ambiant, les femmes n'étant là que pour faire valoir le "cœur" de leurs hommes. Rendre heureux un homme, c'est pour elles la plus belle chose au monde, en dépit de leurs lâchetés et - surtout - de leurs infidélités. Les vannes, très en-dessous de la ceinture, font souvent mouche mais on peut s'interroger sur les intentions de Marc Esposito, exprimant très clairement que si les hommes trompent, c'est dans leur nature, alors que les femmes ne sont pas faites de ce tonneau. Alex (Marc Lavoine) compte bien faire passer comme une lettre à la poste son enfant illégitime, mais quand sa femme lui annonce à son tour sa -prétendue- infidélité, il craque et fonce voir sa nouvelle maîtresse… Ce relent de machisme gâche le plaisir que l'on a à retrouver la bande de copains. Et c'est dommage.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog