Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Le réalisateur hongrois Janos Szasz adapte un best-seller, Le grand cahier, un mélodrame au cœur de la Seconde Guerre Mondiale. Les acteurs convaincants ne font pas oublier un scénario confus et une mise en scène trop lisse.

 

 

Affiche-Le-grand-cahier.jpg


 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, des jumeaux sont envoyés à la campagne, chez leur grand-mère sadique. Dans un pays dévasté, confrontés au froid, à la faim et à la cruauté humaine, ils ont pour seul refuge un grand cahier, dans lequel ils décrivent leur quotidien.

 

 

 

 


 

Candidat (non retenu) pour représenter la Hongrie aux Oscars 2014, Le grand cahier a connu un grand succès dans son pays d'origine. Le réalisateur Janos Szasz a choisi d'adapter le roman du même nom d'Agota Kristof, paru en 1986. Il s'agit en fait seulement du premier volume d'une trilogie centrée autour des jumeaux au cœur de l'intrigue. Au beau milieu de la guerre, les deux garçons sont confiés à leur grand-mère maternelle, une vieille femme aussi rugueuse que sadique qui leur fait subir les pires traitements. Les enfants vont décider de s'endurcir pour résister à la violence.

 

Le problème majeur de ce Grand Cahier est -paradoxalement- le regard porté sur les deux héros. La première partie du film, assez réussie, nous plonge dans l'horreur de la guerre, accentuée par les coups portés par la grand-mère et les privations (sommeil, nourriture…). Petit à petit, les jumeaux vont s'entraîner, se donner des coups pour supporter la douleur et résister à la violence. C'est la perte de l'innocence qui intéresse le réalisateur et certaines séquences sont, à ce titre, plutôt réussies. Mais le scénario ne tient pas la distance et le film se perd dans des impasses avant de carrément plonger le spectateur dans l'ennui. La faute à trop de répétitions et à un regard parfois trop insensibles sur les jumeaux, pourtant incarnés par deux jeunes garçons excellents.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog