Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Alain Chabat et Max Boublil sont Les gamins dans le premier film d'Anthony Marciano, complice de longue date du jeune humoriste. Un long-métrage qui mêle comédie romantique et film de potes, avec un humour souvent trash, toujours drôle.

 

 

Affiche-Les-gamins.jpg


 

Tout juste fiancé, Thomas rencontre son futur beau-père Gilbert, marié depuis 30 ans à Suzanne. Gilbert, désabusé, est convaincu d’être passé à côté de sa vie à cause de son couple. Il dissuade Thomas d’épouser sa fille Lola et le pousse à tout plaquer à ses côtés. Ils se lancent alors dans une nouvelle vie de gamins pleine de péripéties, persuadés que la liberté est ailleurs. Mais à quel prix retrouve-t-on ses rêves d’ado ?

 

 

 

 


 

Max Boublil et Anthony Marciano travaillent ensemble depuis très longtemps, notamment sur l'écriture des sketches et des chansons humoristiques du jeune homme. Pendant trois ans, les deux trentenaires ont écrit Les gamins en espérant qu'Alain Chabat accepterait de tenir le rôle de Gilbert face à Max Boublil (Thomas). Le film revient sur les sujets de prédilection du genre de la bromance : des adulescents qui font la fête, baisent, boivent et tardent à prendre des responsabilités. Thomas (Max Boublil, très bon) et Lola (Mélanie Bernier) vont se marier. La jeune femme présente son futur mari à ses parents sans prévoir que son fiancé et son père allaient devenir rapidement copains comme cochons. Thomas et Gilbert (Alain Chabat, qui excelle dans le registre du quinqua qui voudrait avoir 20 ans) vivent en parallèle leurs crises de la trentaine et de la cinquantaine.

 

Le film puise son inspiration dans le cinéma de Judd Apatow, pour la chronique d'hommes en crise dans leur temps, et des frères Farrelly pour l'humour régressif, avec un hommage hilarant à une scène culte de Mary à tout prix. Le film d'Anthony Marciano séduit par son énergie, son sens du rythme et sa capacité à surprendre le spectateur dans un genre très codé. Les seconds rôles sont réjouissants, à commencer par Sandrine Kiberlain (la mère de Lola), qui confirme qu'elle est géniale et lunaire dans la comédie. C'est elle qui apporte au film sa part de poésie loufoque. On retrouve aussi Kheiron en avatar du président iranien Ahmadinejad, la jeune Mélusine Mayance (découverte dans Ricky de François Ozon) en jeune chanteuse pop irascible, Arié Elmaleh en producteur véreux ou encore Thomas Soliveres, désopilant en pseudo-racaille de Neuilly-sur-Seine.

 

Les gaminsfourmillent de bonnes idées, comme la recherche des meilleurs sosies (involontaires), que Thomas et Lola prennent en photo, et qui voit son apothéose avec le (presque) caméo de Patrick Bruel. Un autre invité de marque clôture un film plein de surprises et dont la scène de conférence à l'UNESCO pourrait devenir culte. Une comédie française comme on aimerait en voir plus souvent.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog