Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Nouveau reboot de la franchise, Man of steel marque le retour de Superman sur les écrans. Ecrit par Christopher Nolan et réalisé par Zack Snyder, le film est impeccablement produit. Le blockbuster de l'été.

 

 

Affiche-Man-of-steel.jpg


 

Un petit garçon découvre qu'il possède des pouvoirs surnaturels et qu'il n'est pas né sur Terre. Plus tard, il s'engage dans un périple afin de comprendre d'où il vient et pourquoi il a été envoyé sur notre planète. Mais il devra devenir un héros s'il veut sauver le monde de la destruction totale et incarner l'espoir pour toute l'humanité.

 

 

 

 


 

Après le triomphe de sa trilogie Batman, Christopher Nolan a été approché pour relancer la franchise Superman, tombée depuis longtemps en désuétude. Le cinéaste a imaginé un scénario reprenant les origines de Superman, comme il l'avait fait pour Batman, mais la réalisation a été confiée à Zack Snyder (300, The Watchmen). Le film s'ouvre donc sur la planète Krypton, qui se meurt. Russell Crowe est Jor-El, un honnête scientifique voulant sauver son espèce avant la disparition de sa planète en envoyant son fils né quelques jours plus tôt sur Terre, contre la colère de son ancien ami le Général Zod qui jure de retrouver le garçon. Une véritable tragédie shakespearienne se met en place.

 

Trente ans plus tard, le bébé est devenu Clark Kent, élevé par des fermiers du Kansas qui n'ignore pas que leur fils est pourvu d'une force herculéenne et de pouvoirs surnaturels. Les parents (Kevin Costner et Diane Lane) ont appris à leur enfant à ne pas révéler ses pouvoirs, malgré les humiliations subies à l'école, pour ne pas entraîner un bouleversement qu'il ne maîtriserait pas. Le jeune garçon apprend donc à gérer la gravité (différente de celle de Krypton) et à contenir sa colère. On pourra reprocher au film de trop multiplier les flashbacks qui explique les fêlures de son héros, mais c'est l'installation de la trilogie qui veut ce dispositif (Batman Begins souffrait parfois de la même accumulation d'informations).

 

Dans un perpétuel mouvement vertical, la mise en scène de Man of steel est en même temps surchargée et très fluide. Zack Snyder sait alterner moments de calme et scènes d'action ébouriffantes. Dans la dernière heure, qui épuise tant elle ne laisse aucun répit, les effets spéciaux se multiplient jusqu'à l'excès, dans un combat épique entre Superman et Zod (Michael Shannon, excellent) qui laisse apparaître une aisance du réalisateur à évoluer dans les ruines de Metropolis. Côté casting, Henry Cavill est une bonne recrue, avec ce qu'il faut de virilité musclée et de fêlures cachées. Ce premier volet laisse présager une saga enthousiasmante et le mythe Superman peut renaître de ses cendres.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog