Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Quand le scénariste de Borat s'associe aux producteurs de Bridget Jones, cela donne Mariage à l'anglaise, avec Rose Byrne, Simon Baker et Anna Faris en vedettes. Cette équipe de choc accouche d'une comédie poussive et bien-pensante.

 

 

Affiche-Mariage-a-l-anglaise.jpg


 

Depuis qu’ils se sont rencontrés dans une soirée, Nat, jeune femme ambitieuse, et Josh, apprenti romancier, nagent dans le bonheur, malgré leurs différences. Car si Josh est plutôt du genre intellectuel, Nat est une fonceuse. Ce qui ne les a pas empêchés d’être réunis par un coup de foudre réciproque. Leur mariage est idyllique, même si personne – de leurs proches à leurs amis, jusqu’au pasteur qui officie – ne croit qu’il pourra durer… Surtout quand l’ex-petite amie de Josh, Chloe, et le charmant client américain de Nat, Guy, s’en mêlent… Alors que Josh et Nat s’apprêtent à fêter leur un an de mariage, aucun des deux ne veut être le premier à jeter l’éponge. Leur couple pourra-t-il résister aux pressions de toutes parts ?

 

 

 

 


 

Dan Mazer a coécrit Ali G, Borat, Brüno et The Dictator avec Sacha Baron Cohen. Pour sa première réalisation, une comédie romantique voulue trash, il a fait appel aux talents des producteurs de Bridget Jones et Love Actually, deux références de la rom-com à l'anglaise. I give it a year, très étrangement traduit pour la France en Mariage à l'anglaise, annonce son pitch dans le titre. Nat (Rose Byrne, parfaite comme elle l'était dans Mes meilleures amies) et Josh (Rafe Spall) se rencontrent et décident de se marier à peine sept mois plus tard. Leur entourage, sceptique, ne donne pas plus d'un an à cette union.

 

Dans les comédies romantiques, ce n'est pas le scénario en lui-même qui importe, puisque tout finira par rentrer dans l'ordre classique, à savoir que chacun trouvera son "perfect match" à la fin du film. Les réussites de Love Actually, Bridget Jones ou Coup de foudre à Notting Hill, tenaient à des personnages bien construits et des dialogues impeccables, deux choses qui manquent ici. Passée une première demi-heure plutôt réussie, le film s'embourbe dans sa (bonne) idée de départ d'exploser le duo amoureux classique en quatuor. Les gags les plus drôles sont dans la bande-annonce, à savoir des colombes et un cadre photo numérique. On attendait mieux de cette équipe que ce pensum poussif et conservateur où même l'excellente Anna Faris ne semble pas savoir ce qu'elle fait là. Elle sauve le film, avec Rose Byrne, d'un naufrage total, alors que les hommes sont tous, absolument tous, insupportables (on se demande comment elle peut tomber amoureuse de Guy, joué par un Simon 'Mentalist' Baker plus cabot que jamais). Un ratage dans les règles.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog