Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Musique

 

Maintes fois repoussé, le quatorzième album de Mariah Carey est enfin dans les bacs. Me I am Mariah… the Elusive Chanteuse parviendra-t-il à retrouver le chemin du succès ? Fidèle à son style, la diva propose un disque bien produit, efficace et bien meilleur que son prédécesseur.

 

 

Mariah-Carey-Me-I-am-Mariah.jpg


 

Mariah Carey est la révélation incontournable des années 90, décennie durant laquelle elle s'impose comme une des plus grandes stars planétaires. Entre 1990 et 1999, elle publie sept albums pour un cumul de plus de 100 millions de ventes en dix ans, et de nombreux tubes : Vision of love, Emotions, Hero, Without you, Fantasy, One sweet day, Honey, My all, Heartbreaker... Les années 2000 seront plus difficiles avec le semi-échec de Glitter (2001) et de la plupart des disques qui suivront, excepté The Emancipation of Mimi, énorme carton en 2005 avec 15 millions de ventes. Son dernier disque en date, Memoirs of an imperfect angel, paru en 2009, a déçu critique et public. Autant dire que le retour de la diva ne se fait pas par la grande porte.

 

Depuis l'été 2012, un quatorzième album est annoncé. Lancé par le single Triumphant (qui passe totalement inaperçu et ne figure finalement pas sur le disque), ce nouvel album se fait attendre. Le chanteuse offre une excellente ballade pop (Almost home) pour le film Le monde fantastique d'Oz et continue de travailler sur son projet. Les choses bougent à l'été 2013 avec le succès (enfin) d'un duo avec le chanteur Miguel, Beautiful, qui devient, de fait, le premier single officiel. Suivent The art of letting go (sa meilleure chanson depuis une bonne décennie) et You're mine (eternal) qui passent, à leur tour, inaperçus. En mai 2014, l'album sort enfin, intitulé Me I am Mariah… The Elusive Chanteuse, soit le titre le plus mégalo de l'histoire de l'industrie musicale.

 

 

 

 

 


En guise d'ouverture, c'est une ballade piano-voix de toute beauté qui nous accueille (Cry). On n'attendait plus Mariah Carey dans le registre de la ballade soul et c'est la première bonne surprise de ce disque. Pour le reste, la star alterne les beats urbains et les prouesses vocales, plus douces qu'autrefois (la dame a 44 ans). Faded rappelle les heures de The Emancipation of Mimi, sa renaissance américaine il y a dix ans. On peut entendre sa fameuse "high note" à la fin du morceau, comme sur d'autres de cet opus. L'excellent rappeur Nas se fait entendre en intro du Dedicated, qui replonge l'auditeur dans les sonorités des années 90 qui ont construites l'univers de Mariah Carey. Un des meilleurs morceaux, tout comme Thirsty, actuel single pour l'Europe, bombe hip-hop qui démarre sur un bouchon de champagne qui saute. C'est ce que Mariah Carey fait de mieux en matière de R'n'B : une mélodie imparable, un beat entêtant et un texte vengeur.

 

 

 

 


 

Les choix des singles est souvent quelque chose de difficile, qui peut planter la promo entière d'un disque. On ne comprend pas, en revanche, pourquoi The art of letting go, une sublime ballade comme on n'en entend pas si souvent, est reléguée dans les bonus la version "deluxe". De même, si You're mine (eternal) est une bonne chanson, il ne s'agit pas d'un bon choix de single, alors que l'album ne manque pas de potentiel. You don't know what to do, avec la participation de Wale, a tout d'un tube, avec sa production funk, son refrain efficace et son sample de I'm caught up in a one night love de Inner Lover (1979). Même chose pour Meteorite, un des titres les plus addictifs, avec ses sonorités disco, ou Make it look good, aux accents rétro. On aime un peu moins les trop sirupeux Camouflage et Supernatural.

 

 

 

 

 


Mariah Carey réussit haut la main son retour après cinq ans d'absence. Entre ballades et hip-hop, la diva reste fidèle à elle-même, y compris à son trop grand narcissisme parfois (ok, Me I am Mariah… fait allusion à un dessin réalisé par la chanteuse quand elle était enfant, mais bon…). Pas sûr que la qualité de ce disque suffise pour remonter la pente, car reste à compenser une image dégradée, celle d'une star capricieuse et colérique. La chanteuse, elle, est toujours au top.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog