Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Spectacle

 

Huit ans après son dernier one-woman-show, Muriel Robin revient avec un spectacle autobiographique, Robin revient "Tsoin Tsoin". Evoquant sans détour sa vie privée comme son parcours professionnel, l'artiste se livre comme jamais, entre rire et émotion.

 

 

Muriel-Robin-revient-Tsoin-Tsoin.jpg


 

Depuis son premier one-woman-show en 1988, Muriel Robin est devenue un pilier de la scène comique française. Après près de quinze années de sketches, elle avait proposé un spectacle hybride entre cabaret et théâtre, Au secours !, en 2005 avant de s'éclipser pour d'autres projets (téléfilms et cinéma) et aussi une profonde dépression. L'année 2013 célèbre ses retrouvailles avec un public qui ne l'a pas oubliée, malgré l'arrivée d'une nouvelle génération d'humoristes, dont certains sont adoubés par la "patronne", Florence Foresti en tête.

 

Des années 90, on retient des sketches cultes écrits avec Pierre Palmade : Le noir, L'addition, Le salon de coiffure, La maison de retraite, La réunion de chantier, Le répondeur, Le barbecue, L'amnésique… En dépit de son premier prix de Conservatoire, la profession ne la prend jamais vraiment au sérieux, ce dont elle souffre. Après Les Visiteurs 2, succès commercial accueilli glacialement par la critique, Marie-Line (en 2000) lui vaut une unique nomination aux César. Elle tourne dans des téléfilms dramatiques à succès, dont Marie Besnard, l'empoisonneuse qui lui vaut un Emmy Award en 2007. Mais Muriel Robin va mal et cette dépression va l'éloigner durablement de la scène.

 

Dans Robin revient "Tsoin Tsoin", dès l'entrée en scène, Muriel Robin dit tout. Oui, elle vit avec une femme. Oui, elle a maigri. Oui, elle a fait une longue dépression. Pendant près de deux heures, elle va raconter sa vie, depuis sa naissance, en 1955 à Montbrison, à son enfance et adolescence à Saint-Etienne, en garçon manqué passionné de musique et de bricolage. Elle raconte son envie de monter sur scène, son arrivée à Paris, son passage au Conservatoire, son retour à Saint-Etienne puis son immense succès à la fin des années 80.

 

Ne voulant pas reproduire le schéma du spectacle à sketches, l'humoriste se livre à une confession-fleuve qui ne cherche pas à faire rire à chaque phrase. Pour son retour, elle offre les secrets de sa vie comme un "cadeau" au public. On retrouve bien sûr les saillies énervées qui ont fait son succès, notamment quand elle s'en prend aux méthodes de "libération globale" (relaxation new age à bas d'acupuncture sans aiguilles et de massages sans toucher…) ou aux expressions qui font notre quotidien (hilarantes "explications" de "poser un lapin", "naître avec une cuillère en argent dans la bouche" ou encore "enculer les mouches"). Mais elle se livre comme jamais, évoquant ses complexes, ses problèmes d'alcool (les limites de la "champagno-thérapie"), le cancer de son père, l'Alzheimer de sa mère… Le rire se mêle alors à l'émotion et sur scène, on ne voit plus l'humoriste, peut-être pas tout à fait la femme, mais simplement l'actrice immensément douée qu'elle est. Un retour gagnant.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog