Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Guillermo Del Toro réalise un des blockbusters de l'été, Pacific Rim. Entre film catastrophe et hommage aux films de monstres japonais, le cinéaste offre un divertissement estival aux effets spéciaux impressionnants.

 

 

Affiche-Pacific-Rim.jpg


 

Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les «Kaiju», ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les «Jaegers», contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le «courant». Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau et une jeune femme en cours d’entraînement qui font équipe pour manœuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

 

 

 

 


 

Les monstres issus des eaux sont toujours sources de frayeur, que ce soit Les dents de la mer de Spielberg, Abyss de James Cameron ou Piranha de Joe Dante. Dans Pacific Rim, Guillermo Del Toro mélange cette peur épidermique à un genre qu'il affectionne, le film de monstres japonais, dont Godzilla est le plus célèbre exemple. Proche d'un Japon toujours traumatisé par les catastrophes nucléaires (de Hiroshima à Fukushima), le combat final dans cette "ceinture du Pacifique" se déroule au large de Hong Kong. Face à ces monstres sous-marins, le cinéaste imagine des humains dirigeant des robots par la télépathie.

 

Les monstres en question seraient d'origine préhistorique et dotés de deux cerveaux, comme les plus grands dinosaures. Pour diriger des robots de plus en plus sophistiqués (et équipés de l'arme nucléaire) face à des monstres qui ont muté au fur et à mesure de l'évolution des armes humaines, les pilotes doivent connecter leurs cerveaux pour réunir les forces, leurs réflexes par la mutualisation de souvenirs et de leurs émotions. Ce dispositif dangereux et à haute teneur psychanalytique n'est malheureusement pas assez exploité par un cinéaste qui choisit de privilégier l'action, par ailleurs admirablement mise en scène. La meilleure idée du film n'est mise en place que tardivement : un humain va se "connecter" à un monstre pour partager ses pensées et trouver son point faible, mais avec des conséquences forcément tragiques.

 

Pacific Rim travaille bien sûr les archétypes du héros : une jeune femme qui veut venger sa famille décimée par les monstres, un homme anéanti depuis qu'il a vu son frère et binôme mourir sous ses yeux, un commandant condamné prêt à se sacrifier pour la survie de l'humanité… Mais le film fonctionne par sa volonté d'offrir un divertissement spectaculaire et accessible. En dépit de quelques faiblesses dans le scénario et d'un final un peu convenu, Pacific Rim tient ses promesses : un blockbuster qui en met plein les yeux.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog