Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Michel Spinosa propose un drame mâtiné de mysticisme avec son nouveau long-métrage, Son épouse, porté par Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg. Entre deuil, mensonges et croyances ésotériques, le réalisateur signe un film troublant.

 

 

Affiche-Son-epouse.jpg


 

Gracie, jeune Tamoule vivant près de Madras, est victime de troubles du comportement depuis le jour de ses noces : le souvenir de son amie Catherine, disparue dans des circonstances mal élucidées, semble hanter la jeune fille. Joseph, le veuf, époux inconsolé de Catherine, décide de se rendre en Inde pour rencontrer Gracie et, peut-être, au cours de ce voyage, réparer ses erreurs. Car Joseph a beaucoup à se faire pardonner.

 

 

 

 


 

Michel Spinosa s'intéresse encore une fois à l'amour dans sa forme étrange. Après l'érotomanie dans Anna M. (2007), il évoque le deuil douloureux d'un homme qui ne pourra jamais se faire pardonner tout en le confrontant à des croyances indiennes que son esprit cartésien refuse. Le syndrome de possession par les peys (des mauvais esprits) est une croyance très répandue en Inde, notamment dans les campagnes. De nombreuses personnes se disent possédées par l'esprit d'un mort. Certaines familles choisissent même de laisser leurs proches dans des asiles à ciel ouvert où les malades sont enchaînés, pour ne pas s'échapper ou attaquer quelqu'un. Michel Spinosa s'est beaucoup documenté, passant des semaines dans la région de Madras. On ne s'étonnera pas de retrouver cette idée de possession de l'esprit, déjà présent dans Anna M., d'un point de vue psychiatrique.

 

Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg incarnent un couple, mais pour la première fois depuis près de vingt ans (Love etc. de Marion Vernoux en 1996), ce n'est pas devant la caméra d'Attal. Au-delà de leur relation personnelle, il est intéressant de voir évoluer ce couple à l'écran depuis si longtemps. Ici, Charlotte Gainsbourg incarne Catherine, une femme accroc au Subutex (elle est une ancienne héroïnomane) qui accouche d'un enfant mort et disparaît. On retrouve son corps noyé sur une plage indienne. L'actrice offre un jeu complexe et extraordinaire, montrant encore une fois à quel point elle est habile à incarner la souffrance. Joseph (Yvan Attal, très convaincant en cartésien dépassé par ce qu'il découvre) part sur les traces des derniers jours de sa femme en Inde et rencontre Gracie, une jeune Indienne qui se dit possédée par l'esprit de Catherine.

 

Le film manie habilement l'ellipse et fait des allers retours entre passé et présent, entre un paysage coloré au cœur de la région tamoule et la campagne grise du nord de la France. Michel Spinosa place le fantastique au cœur du récit sans en faire un objet de folklore, mais plutôt de fascination. En dénouant certains secrets (parfois un peu convenus), le film se déploie comme autant de routes vers les regrets éternels, mais aussi vers une acceptation plus sereine de la mort. Malgré quelques longueurs, le film séduit par son approche originale et surtout la qualité exceptionnelle de son interprétation.

 

 

...HB...

Commenter cet article

femmes russes parlant français 27/03/2014 13:57


ce film à l'air intéressant !

Articles récents

Hébergé par Overblog