Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Présenté en ouverture de la sélection Un Certain Regard lors du Festival de Cannes, The Bling Ring, le cinquième film de Sofia Coppola, met en scène des adolescents fascinés par la célébrité qui cambriolent les villas hollywoodiennes de célébrités. La cinéaste retrouve ses thèmes de prédilection dans un film plus tonique que ses prédécesseurs.

 

 

Affiche-The-Bling-Ring.jpg


 

A Los Angeles, un groupe d’adolescents fascinés par le people et l’univers des marques traque via Internet l’agenda des célébrités pour cambrioler leurs résidences. Ils subtiliseront pour plus de 3 millions de dollars d’objets de luxe : bijoux, vêtements, chaussures, etc. Parmi leurs victimes, on trouve Paris Hilton, Orlando Bloom et Rachel Bilson. Les médias ont surnommé ce gang, le "Bling Ring".

 

 

 

 

 


La jeunesse est présente dans tous les films de Sofia Coppola, et particulièrement The Virgin Suicides (2000) et Somewhere (lire l'article du 14 janvier 2011). The Bling Ring est né de la lecture d'un article de Nancy Jo Sales dans Vanity Fair et qui relatait des cambriolages par des ados dans des maisons de célébrités. Ces jeunes gens, fascinés par la gloire des stars de la télé-réalité (Kim Kardashian, Paris Hilton…), surveillaient l'emploi du temps people de leurs victimes sur Internet, recherchaient leurs adresses sur le web et entraient dans les villas, étonnamment à découvert, en leur absence. "L'histoire disait beaucoup de choses de l'époque, et du fait de grandir à l'âge de Facebook et Twitter" confie la réalisatrice. Les réseaux sociaux, les sites d'entertainment (TMZ…) et les chaînes d'info en continu jouent un rôle important dans la construction du film. Différent de Somewhere dans la forme, The Bling Ring aborde les mêmes thèmes : la solitude contemporaine, la vanité de la célébrité et les artifices de Los Angeles. C'est dans la capitale mondiale du show-business que le film a été tourné, dont certaines séquences dans la véritable maison de Paris Hilton, qui s'est prêtée au jeu en faisant une apparition dans son propre rôle. Clin d'œil à son premier film, Kirsten Dunst fait aussi une apparition.

 

Sofia Coppola observe à distance ces ados et met en scène autant leur mal-être sous-jacent que leur soif désespérée de gloire rapide. Mais elle souligne aussi leur beauté et leur détermination : "J'ai le sentiment qu'on peut se faire avoir par le côté ado/éclate/enfants terribles alors j’espère que je ne sublime pas trop leur conduite répréhensible" ajoute la cinéaste. Emma Watson (brillante et sexy dans un rôle inhabituel), Israel Broussard (le copain gay), Katie Chang, Claire Julien et Taissa Farmiga forment le gang de jeunes cambrioleurs, se déhanchant sur une BO géniale et mêlant électro et R'n'B (Azealia Banks, M.I.A., Kanye West, Frank Ocean…). Coppola filme, comme toujours, des jeunes gens paumés, aveuglés par le culte de l'apparence ou des conventions (qu'elles soient dictées par la famille, la mode, la société de consommation, le regard des autres...). Si le montage est plus nerveux (sujet et musique obligent) que d'habitude, Sofia Coppola sait offrir des séquences planantes, comme des stases dans l'hystérie californienne. En un plan-séquence fixe somptueux, elle filme le cambriolage nocturne d'une villa toute en transparence sur les hauteurs de L.A. comme personne ne l'a fait avant. Consciente qu'elle est elle-même de cette jeunesse dorée (elle assume sa filiation), Sofia Coppola apporte un regard bienveillant mais inquiet sur une génération sans repères, où les parents ne veulent plus voir les dérives de leurs ados et où les médias abreuvent ces mêmes ados d'une culture du paraître plutôt que de l'être. Entre les jeunes de Blow Up d'Antonioni et ceux de The Bling Ring, près d'un demi-siècle est passé, et pourtant, l'adolescence avide de sensations fortes et fortunées reste paumée, laissée à ses excès. Sous l'avalanche de paillettes, Sofia Coppola livre un film plus sombre qu'il n'y paraît.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog