Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Pour son troisième film, Ariel Vromen retrace la carrière de gangster d'un tueur, The Iceman.  Michael Shannon endosse le rôle du tueur à gages dans un film classique, sans grande envergure, mais efficace.

 

 

Affiche-The-Iceman.jpg


 

Tiré de faits réels, voici l’histoire de Richard Kuklinski, surnommé « The Iceman », un tueur à gages qui fut condamné pour une centaine de meurtres commandités par différentes organisations criminelles new-yorkaises. Menant une double vie pendant plus de vingt ans, ce pur modèle du rêve américain vivait auprès de sa superbe femme, Deborah Pellicotti, et de leurs enfants, tout en étant secrètement un redoutable tueur professionnel. Lorsqu’il fut finalement arrêté par les fédéraux en 1986, ni sa femme, ni ses filles, ni ses proches ne s’étaient douté un seul instant qu’il était un assassin. Pourquoi l’est-il devenu, et comment a-t-il réussi à continuer pendant si longtemps ?

 

 

 


 

Richard Kuklinski est un tueur à gages qui a travaillé, principalement dans les années 60 et 70, pour les plus grandes familles de la mafia américaine. Il aurait tué plus d'une centaine d'hommes (il refusait d'abattre les femmes et les enfants) avant d'être arrêté et condamné à deux fois la prison à vie. Mari et père de famille exemplaire en apparence, il exécutait ses cibles la nuit avec une froideur impressionnante et cachait toute trace de son passage, notamment en congelant ses victimes ("ice man") pour rendre impossible la datation du meurtre. Le réalisateur israélien Ariel Vromen a choisi d'adapter le livre The Iceman : the true story of a cold-blooded killer d'Anthony Bruno et le documentaire The Iceman Tapes : conversation with a killer de Jim Thebaut.

 

Le film déroule de manière très classique les débuts de tueur à gages d'un homme complexe, hanté par des pulsions morbides depuis sa jeunesse violente. Michael Shannon, l'acteur fétiche de Jeff Nichols (Take shelter), en impose en tueur de sang-froid, représentant la banalité du mal à l'état pur dans une Amérique armée jusqu'aux dents. Kuklinski faisait 1m95 pour 135kg et Michael Shannon (1m90) a la carrure nécessaire, ainsi que l'ambigüité glaçante et la violence sourde, du personnage. Le film souffre de nombreux clichés, des passages obligés et des facilités scénaristiques, mais les seconds rôles pimentent le récit : Ray Liotta en gangster mafieux (comme d'habitude), David Schwimmer (Ross dans Friends) en homme de main lâche ou la sublime Winona Ryder en épouse qui ne veut surtout pas voir la vérité. The Iceman remplit honnêtement le cahier des charges d'une série B sans s'élever au-dessus du lot.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog