Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Emmanuel Mouret change de registre et signe son premier mélodrame, Une autre vie, porté par JoeyStarr, Jasmine Trinca et Virginie Ledoyen. Un drame romanesque élégant et cruel, sous l'influence de François Truffaut.

 

 

Affiche-Une-autre-vie.jpg


 

Jean, électricien, pose des alarmes dans des demeures du sud de la France. Il y rencontre Aurore, célèbre pianiste. Malgré leurs différences, ils tombent immédiatement amoureux l’un de l’autre et envisagent ensemble une autre vie. Jean veut quitter Dolorès, sa compagne de toujours. Mais celle-ci est prête à tout pour le garder...

 

 

 

 


 

Depuis le début des années 2000, Emmanuel Mouret s'est fait une place à part dans le cinéma français. Avec ses comédies, dont il était aussi acteur, il a su proposer une variation sur le marivaudage et les affres de la romance, en gardant toujours un sous-texte plus grave, comme en témoigne son dernier succès L'art d'aimer (lire l'article du 6 décembre 2011). Le scénariste et réalisateur rêvait depuis longtemps de réaliser un mélodrame, d'abord baptisé Les faux coupables. Sa rencontre avec JoeyStarr l'a poussé à concrétiser son projet, avant de revenir, comme il l'a déclaré, à la comédie pour ses prochains films.

 

Emmanuel Mouret est particulièrement habile dans la mise en place des situations et le film entre rapidement dans le vif du sujet, après quelques rapides séquences introductives. Le réalisateur reprend les codes classiques du triangle amoureux et se sert des motifs du genre pour y tisser ses thématiques fétiches : le hasard des rencontres et les amours contrariées. Si les rouages du scénario répondent à des codes classiques du mélodrame, le traitement est plutôt original car il désamorce toute possibilité de jalousie, axant son propos sur le vrai sujet du film, la culpabilité des trois protagonistes, pour différentes raisons. On n'imaginait pas que Mouret fût capable d'une telle cruauté. Le bonheur d'un couple ne se goûte que dans l'amertume de la culpabilité. "Et si le meilleur moyen de séparer deux amants était de les mettre ensemble ?" assène le personnage de Virginie Ledoyen dans une séquence d'anthologie. On est d'ailleurs content de voir l'actrice dans un registre enfin différent, aux côtés d'un JoeyStarr convaincant dans un rôle "à la Vincent Lindon" et de Jasmine Trinca, déjà repérée chez Nanni Moretti et plus récemment à Cannes dans Miele, le premier film de Valeria Golino.

 

La force de Mouret tient toujours dans son élégance, notamment celle de ses dialogues, volontairement littéraires, héritiers de l'art courtois. Mais sous ce vernis d'apparente politesse, se cache une noirceur terrible et une cruauté inédite chez le réalisateur. Cette volonté de ne pas faire dans le réalisme et jusqu'à la très belle partition de Grégoire Hetzel, on pense aux mélodrames de François Truffaut, et notamment à La femme d'à côté. Bien sûr, Une autre vie n'atteint pas ce sommet d'émotion, mais la voix off finale d'Ariane Ascaride évoque forcément celle de "Madame Jouve" dans le chef-d'œuvre de Truffaut.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog