Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Musique

 

Vanessa Paradis publie son sixième album, Love Songs, réalisé par Benjamin Biolay. Un disque foisonnant qui décline l'amour dans tous ses états et révèle la chanteuse comme une interprète subtile. Et dévoile La Chanson des vieux cons, pièce désormais maîtresse de la discographie de la chanteuse.

 

 

Vanessa-Paradis-Love-Songs.jpg


 

Depuis Joe le taxi, mégatube de l'été 1987, Vanessa Paradis a fait bien du chemin. Une carrière d'actrice respectable et cinq disques réalisés par Serge Gainsbourg, Lenny Kravitz ou Matthieu Chédid. Six ans après l'immense succès de Divinidylle (lire l'article du 8 septembre 2007), la star a fait appel à Benjamin Biolay pour superviser son nouvel album de 20 chansons divisées en deux temps, face A et face B, comme au bon vieux temps des vinyles. Love song (au singulier) est le single pop et entraînant dévoilé il y a quelques semaines pour lancer le disque.

 

 

 

 


 

Love Songss'ouvre sur L'au-delà, une chanson écrite et composée par Mikael Furnon (de Mickey 3D), qui rappelle les mélodies de Renaud (Mistral gagnant, Laisse béton) et les arrangements du premier album de Carla Bruni. C'est un des meilleurs morceaux du disque, bijou mélancolique qui évoque l'abandon de soi et la mort. Entrée en matière assez sombre pour un album qui ne l'est pas toujours. Suit Love song, excellent premier single funky sur la passion des premiers instants de l'amour. Si Benjamin Biolay a écrit et composé 7 des 20 chansons, il a su habiller parfaitement les compositions des autres, à commencer par celles de Mathieu Boogaerts qui offre quelques-unes des meilleures pistes, comme le très épuré C'est quoi ?, Tu vois c'que j'vois aux rythmes africains et Le Rempart, somptueuse chronique d'une rupture sur laquelle la chanteuse donne une interprétation émouvante.

 

L'ex-Libertines Carl Barât signe et chante en duo The Dark It Comes, ballade vénéneuse qui rappelle (presque trop) Where the wild roses grow, le duo mythique de Kylie Minogue et Nick Cave. François Villevieille s'est, lui, échappé de son groupe Elephant pour offrir Les espaces et les sentiments, une jolie salve folk. On trouve aussi une magnifique reprise italienne (Tu si na cosa grande) enregistrée pour le film qu'elle a tourné sous la direction de John Turturro et la mise en musique (pas indispensable) d'un texte de Ruth Ellsworth Carter par la chanteuse, son ex (Johnny Depp) et leur fille Lily-Rose (New Year). Ben Ricour (J'traîne des pieds d'Olivia Ruiz, c'est lui) offre les deux titres les moins enthousiasmants : La Crème sur un texte de Pierre Grillet et Sombreros sur un texte de Jérôme Attal.

 

Adrien Gallo (de BB Brunes) confirme son talent de songwriter, après les perles pop pour son groupe (dont Coups et blessures) ou pour Alizée, il livre avec Mi amor un souffle électro-rock bienfaiteur, évident futur single et réussite majeure. Mais Vanessa Paradis signe aussi toute seule une chanson, la très sixties Doorway, petite perle jazzy, ainsi que la musique d'une pépite du disque, Etre celle, aux cordes sublimes, sur un texte de Marcel Kanche (collaborateur de Mathieu Chédid).

 

Pour ce qui est des chansons de Biolay, elles sont toutes majeures. Prends garde à moi et Tu pars comme on revient sont des perles pop-rock aux textes aussi mélancoliques que directs, prouvant que Biolay est aussi à l'aise avec les mots qu'avec les notes, une qualité rare qui en fait définitivement le digne héritier de Gainsbourg. Rocking Chair (sur une musique de Vanessa Paradis) et Station Quatre-Septembre sont deux douceurs acoustiques élégantes -la seconde ferait d'ailleurs un très bon single. Le disque se referme sur un duo entre la star et son arrangeur, Les roses roses, dialogue entre un homme et une femme qui se donnent rendez-vous sous une porte cochère. Mais le disque comporte aussi un chef-d'œuvre, comme une suite de Ton héritage sur l'album La Superbe de Biolay. Il s'agit du piano-voix La chanson des vieux cons. Ecrit sous forme anaphorique, comme Ton héritage, le morceau décline avec humour et mélancolie les expériences de la vie : "Tant qu’on ne sait pas qu’on ne sait rien / Tant qu’on est de gentils petits chiens / Tant que la petite santé va bien / On n’est pas la queue d’un être humain (…) C'est une chanson, une chanson pour les vieux cons / Comme moi petite conne d'autrefois".

 

Avec Love Songs, Vanessa Paradis offre son plus bel album, aux côtés du sous-estimé Bliss. Benjamin Biolay a su lui concocter l'écrin parfait pour laisser s'épanouir des qualités d'interprète que l'on ignorait. A 40 ans, la chanteuse semble au sommet de sa féminité et son plaisir de chanter se ressent dans chaque note.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog