Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par ...HB...
Publié dans : #Cinéma

 

Jalil Lespert livre sa vision d'un créateur mythique avec le biopic Yves Saint Laurent. Approuvé par Pierre Bergé, ce film plutôt lisse est sauvé par l'interprétation de Guillaume Gallienne et Pierre Niney. Déception tout de même de raconter une vie si intense avec si peu de saveur.

 

 

Affiche-YSL.jpg


 

Paris, 1957. A tout juste 21 ans, Yves Saint Laurent est appelé à prendre en main les destinées de la prestigieuse maison de haute couture fondée par Christian Dior, récemment décédé. Lors de son premier défilé triomphal, il fait la connaissance de Pierre Bergé, rencontre qui va bouleverser sa vie. Amants et partenaires en affaires, les deux hommes s’associent trois ans plus tard pour créer la société Yves Saint Laurent. Malgré ses obsessions et ses démons intérieurs, Yves Saint Laurent s’apprête à révolutionner le monde de la mode avec son approche moderne et iconoclaste.

 

 

 

 

 


Avant Bertrand Bonello en octobre, Jalil Lespert livre Yves Saint Laurent, son biopic du célèbre styliste. Pierre Bergé, qui a soutenu le projet, a mis à la disposition du film les lieux de vie du couple (l'appartement parisien, la villa à Marrakech…) et les costumes originaux des collections passées. Il s'agit là de la troisième réalisation de Jalil Lespert, après 24 mesures et Des vents contraires (lire l'article du 26 décembre 2011). Mais, comme pour ses précédents projets, le réalisateur ne parvient pas à insuffler une véritable mise en scène, une ampleur dramatique.

 

L'interprétation des acteurs est l'atout majeur de ce film. Pierre Niney et Guillaume Gallienne sont convaincants, mais les seconds rôles ne sont pas en reste. Charlotte Le Bon, Anne Alvaro et Marianne Basler offrent de (plutôt) courtes mais belles apparitions. En revanche, le film échoue totalement à raconter l'intensité de la vie d'un créateur malade de son talent et de son incapacité à communiquer. Pierre Bergé restera son rempart (et sa prison ?) envers et contre tous les obstacles, à commencer par ses addictions. Artiste tourmenté, Yves Saint Laurent aura vécu une histoire exceptionnelle avec "l'homme de sa vie", devenu, après des débuts passionnels, plus protecteur et ami. Malheureusement, Jalil Lespert affadit cette belle relation en une union d'intérêts communs et sa réalisation balourde, assortie d'une musique omniprésente, n'arrange rien.

 

Ce qui gêne le plus dans cette plongée dans le monde de YSL, c'est la lecture en voix off de lettres écrites par Pierre Bergé à son compagnon après sa mort. Ce procédé est d'autant plus agaçant que le ridicule s'ajoute à un narcissisme déplacé, l'homme d'affaires ayant pleinement participé à cet hommage qui finit par s'apparenter à un spot publicitaire pour des créations passées. Cet Yves Saint Laurent se regarde comme on feuilletterait un magazine de mode dans une salle d'attente. Dommage.

 

 

...HB...

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog